Here are all of the posts tagged ‘Mark Zuckerberg’.

La revue du lundi par We Are Social #175

par Michael Borges dans News

350 millions de messages échangés sur Snapchat chaque jour
Snapchat est une application mobile qui permet de partager textes, photos ou vidéos pendant un laps de temps limité avant que le message ne disparaisse. En juin dernier, Snapchat déclarait que 200 millions de messages étaient échangés chaque jour sur la plateforme. Il y en aurait maintenant 350 millions. Evan Spiegel, le fondateur, se serait entretenu avec Mark Zuckerberg récemment mais ne souhaite pas dire s’ils ont juste échangé un snapchat ou si Facebook a proposé une offre d’achat. Il a cependant indiqué n’avoir reçu aucune offre d’acquisition formelle pour le moment. Snapchat avait réalisé une levée de fond à hauteur de 60 millions de dollars en juin dernier et se prépare à en effectuer une nouvelle. L’entreprise espère profiter de son nombre croissant d’utilisateurs pour mettre en place une forme de monétisation du réseau.

Facebook renforce l’impact de ses annonces publicitaires
Initiés en juin dernier, Facebook poursuit les plans de restructuration de son offre publicitaire en s’attaquant, cette fois, aux formats des annonces. A partir du 10 septembre, Facebook simplifie et uniformise les tailles des images utilisées pour ses publicités afin d’en optimiser l’impact auprès des utilisateurs. D’une part, la taille des images augmente pour la majorité des formats, offrant aux annonceurs plus d’espace pour présenter leur marque ou leurs produits. En outre, des visuels plus importants permettent de générer plus d’engagement auprès des utilisateurs. Les page post link ads, par exemple, sont désormais assortis d’une image 3,5 fois plus large qui, au clic, dirige les utilisateurs vers le site de l’annonceur. D’autre part, Facebook uniformise le ratio des images sur le fil d’actualité entre les versions web et mobile : il est désormais possible d’utiliser un seul et même visuel, sur le fil d’actualité version web et version mobile. Avec ces changements, Facebook espère rendre le choix du bon format publicitaire plus accessible et maximiser l’impact de son offre publicitaire.

Facebook teste la lecture automatique de vidéos sur le newsfeed
Facebook repousse la sortie de ses publicités vidéo sur le newsfeed depuis quelques mois, soucieux de proposer une expérience utilisateur non intrusive. Le réseau social est en train de mener des tests aux Etats-Unis, pour preuve l’apparition de ce nouveau format dans le newsfeed mobile de certains utilisateurs. Ces publicités vidéo ne se lancent pas automatiquement pour les marques, l’autoplay étant pour le moment réservé aux célébrités et artistes ayant un compte vérifié. L’utilisateur devra donc dans certains cas cliquer sur la publicité afin de lancer la vidéo qui pourra durer jusqu’à 20 minutes. Pas d’information exacte sur le prix, qui devrait être d’1 million de dollars au minimum et jusqu’à 2,4 millions de dollars pour tout le territoire US.

Twitter prépare son introduction en Bourse
Twitter a confirmé par un tweet la rumeur de sa future introduction en Bourse. En effet, le réseau social bénéficie de la nouvelle loi américaine qui lui permet de ne pas être obligé de dévoiler pour l’instant sa situation financière, puisque son chiffre d’affaires est inférieur à un milliard de dollars. Il ne sera obligé de le faire que 21 jours avant le lancement des « road shows », ces présentations réservées aux investisseurs potentiels dans son capital. De plus, le contexte boursier actuel est plutôt favorable à l’entrée en Bourse du réseau social, contrairement à celui d’il y a deux ans. A l’époque, les investisseurs doutaient bien plus de la capacité des réseaux sociaux à capter des parts de marché.

Les marques se déchaînent pendant la Fashion Week
Durant la Fashion Week de New York, de nombreuses marques n’ont pas hésité à jouer la carte « réseaux sociaux » pour communiquer pendant l’événement et devenir la marque la plus mentionnée du moment. On retrouve ainsi Tommy Hilfiger qui affiche sur 72 écrans, les posts et interactions de ses pages Twitter et Instagram en temps réel. Quant à Mulberry, la marque s’est montrée originale en lançant des invitations attractives en forme de mini tasses de thé. Les chanceux invités ont posté fièrement leurs petites tasses sur Twitter provoquant ainsi 147 mentions du hashtag #mulberryteacup. Nivea encourage, de son côté, les internautes à partager la photo de leur meilleure tenue sur Twitter et Instagram, avec les hashtags #OOTD et #NIVEASOFT. 15 photos seront sélectionnées et soumises au vote du public. Le gagnant remportera un coaching personnel par le designer Giles Deacon. Topshop, elle, permet aux visiteurs de choisir en temps réel, les couleurs des vêtements du défilé via leur application Twitter “Customise the Catwalk”. Pour finir, Pinterest ouvre des tableaux consacrés aux pin’s de la Fashion Week et présente les inspirations secrètes des marques pour la collection Printemps-Eté 2014. Encore une fois, les réseaux sociaux étaient au rendez-vous lors de cette Fashion Week, permettant aux marques de se montrer plus proches que jamais de leurs fans.

Affirmez votre citoyenneté sur Instagram !
C’est ce que demande le Ministère de l’Immigration et de la Citoyenneté en Australie à l’occasion de l’Australian Citizenship Day du 17 septembre. Le gouvernement a récemment lancé une nouvelle campagne sur Instagram pour encourager ses concitoyens à « affirmer publiquement leur engagement et leur fidélité à ce pays merveilleux » déclare ainsi un porte-parole du ministère. Il est ainsi demandé aux nouveaux arrivants « de prouver leur citoyenneté de manière créative, que ce soit en donnant leur sang, en coachant une équipe de sport locale, ou en réglant les petites disputes lors des réunions de famille. » Chaque déclaration devra commencer de la manière suivante : « En tant que citoyen australien, je déclare… » et démontrer ce que veut réellement dire « être Australien ». Les nouveaux Australiens gagneront officiellement leur citoyenneté lors de cérémonies à travers le pays le 17 septembre. Un pays merveilleux donc…

Google+ permet l’intégration de ses posts sur le Web
Faisant suite à Facebook, Google+ permet maintenant à ses utilisateurs d’intégrer les posts du réseau social sur le Web. De la même manière que Facebook, il s’agit là de positionner la plateforme comme une source de contenu orignal qui se décline sur le reste du Web.

#Youdunnit : une série de romans co-créés via les réseaux sociaux
Le groupe d’opticiens Specsavers participe actuellement avec la maison d’édition Penguin à la co-création d’une série de romans policiers entre les fans du genre et les auteurs Nicci French, Tim Weaver et Alistair Gunn. Via le hashtag #youdunnit, les fans fourniront aux auteurs la structure de base des trois histoires que ces derniers devront ensuite écrire. Un ebook regroupant ces histoires sera ensuite distribué gratuitement à partir de mi-octobre et les fans pourront proposer des idées de titre et de couverture pour ce dernier. La campagne #youdunnit vient soutenir la nouvelle émission « The Crime Thriller Book Club » sponsorisée par Specsavers et c’est aussi l’occasion pour le groupe de confirmer son engagement vieux de trois ans vis-à-vis de l’alphabétisation.

youdunnit

tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #26

par Violette Vérité dans News

Facebook se géolocalise
Après des mois de spéculations et de rumeurs sur le potentiel rachat de Foursquare, Facebook a enfin lancé la semaine dernière son propre service de géolocalisation dénommé Facebook Places (« Lieux » en français). Si vous êtes pressés de pouvoir partager avec vos contacts les lieux où vous vous trouvez, il vous faudra tout de même patienter car cette nouvelle fonctionnalité n’est aujourd’hui disponible qu’aux Etats-Unis. Alors en attendant de pouvoir tester par nous-mêmes et de vous faire nos retours voici une petite mise en bouche vidéo autour de Facebook Places…

Et en attendant que Facebook Places ne soit disponible en France, n’hésitez pas à nous retrouver sur Foursquare où le titre de Maire de We Are Social France est hautement disputé

Facebook au coeur du marketing relationnel pour de nombreuses marques
AdAge vient de publier cette illustration des 10 marques ayant le plus de fans sur Facebook :

10 biggest brands on facebook

Pour de plus en plus d’annonceurs, Facebook est en passe de devenir un outil essentiel pour de nombreuses activités de CRM (nous avions d’ailleurs évoqué le sujet du Social CRM il y a quelques mois), en devenant la présence la plus importante des marques sur le web, en devenant plus important que les propres sites de marques ou que les newsletters de ces marques. Cependant, et même si les marques utilisent leurs pages fans de la même façon qu’elles auraient utilisés leurs « propres » sites web dans le passé, les marques deviennent de plus en plus dépendantes de Facebook car ces pages fans ne leur appartiennent pas…

Facebook abandonne le FBML
Encore un nouveau changement chez Facebook puisqu’ils viennent d’annoncer qu’ils abandonnaient le language FBML pour les iFrames, que ce soit pour les applications ou le développement des onglets. Il s’agit d’une évolution majeure dans la mesure où le FBML a été une composante essentielle du réseau social depuis sa création. A partir de la fin 2010, Facebook n’acceptera plus la création de nouvelles applications en FBML et il est donc recommandé aux développeurs de commencer à utiliser les iFrames dès que possible.

Les marketeurs ont du mal à suivre
En parlant de nouveautés Facebook, restons sur cette thématique de l’évolution constante des réseaux sociaux… Selon une étude publiée par le Creative Group 44% des cadres américains du marketing et de la publicité éprouvent des difficultés à rester à jour sur les dernières tendances des réseaux sociaux.

118540

23% se fient aux conférences et séminaires alors que seulement 7% d’entre eux lisent les blogs. Alors une seule solution pour améliorer les choses, s’abonner au flux RSS de We Are Social France ! ;)

Le PDG de Google au sujet du droit à l’oubli numérique
Alors qu’il y a quelques mois Mark Zuckerberg avait dû faire marche arrière sur la protection des données privées face aux inquiétudes grandissantes du public (et des autorités), Le PDG de Google Eric Schmidt, lui, n’y va pas par quatre chemins : dans un entretien accordé au Wall Street Journal, il annonce ainsi que si vous souhaitez un jour vous distancer de votre passé numérique (voire l’oublier), la seule solution sera de changer d’identité. Il semble assez sérieux lorsqu’il annonce ainsi que dans le futur chaque jeune arrivant à l’âge adulte aura automatiquement le droit de changer son nom afin de désavouer certains évènements malencontreusement stockés sur le web…

tags: , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #13

par Violette Vérité dans News

Mark Zuckerberg « Nous avons commis un tas d’erreurs »
Alors que Facebook sort de plusieurs semaines houleuses pendant lesquelles la plateforme a notamment été accusée d’envoyer sans l’accord des utilisateurs de nombreuses donnés privées aux annonceurs, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, dans un courriel privé adressé au blogueur Robert Scoble (et dont il a autorisé la publication), a admis que Facebook avait fait de nombreuses erreurs et qu’il espère pouvoir « faire les choses bien cette fois ». Facebook devrait ainsi être mis à jour cette semaine. Plusieurs questions restent cependant en suspens… Dans quelle mesure les préoccupations des utilisateurs vont-elles être prises en compte ? Cet email reste au final plutôt vague et la plateforme pourrait voir de nouvelles récriminations de la part des utilisateurs et des instances législatives si une partie seulement des demandes autour des données privées que Sandrine évoquait la semaine dernière sont prises en compte. Ces protestations pourraient être d’autant plus virulentes que Mark Zuckerberg est très clair dans son email à Robert Scoble : Facebook a écouté, mais les modifications seront faites sans consultation des internautes… On n’en apprend pas beaucoup plus dans l’édito de Mark Zuckerberg dans le Washington Post d’aujourd’hui. A voir donc…

Les blogueurs non-professionnels peuvent-ils rester anonymes ?
Un député français lance un pavé dans la mare en proposant de modifier l’article 6 de la LCEN (loi pour la confiance dans l’économie numérique) qui autorise des blogueurs non-professionnels à ne pas divulguer leur identité du moment que leur hébergeur possède un moyen de contact en cas de dispute juridique. Le député argue du fait que la différentiation entre blogueurs professionnels et non professionnels est très subtile et que toute plainte en diffamation est quasi impossible. Ceci fait ‘bizarrement’ suite à une suite d’affaires politico-médiatiques qui ont secoué le petit monde des blogs et journaux français ces derniers mois, notamment avec un certain chanteur et une certaine ex-mannequin… Mais pendant ce temps-là, de l’autre côté de la Manche, le Orwell Prize un prestigieux prix littéraire britannique qui récompense les écrits politiques vient d’être attribué pour la seconde fois consécutive à un blogueur anonyme, cette année un travailleur social du nom de Winston Smith qui raconte son travail avec des adolescents en perdition…

La Télé sociale est arrivée (enfin presque)
Frédéric et moi-même l’avions déjà évoqué à plusieurs reprises ici, il n’y a pas de raison d’opposer web et télévision et le géant Google vient de renforcer notre vision en annonçant la Google TV la semaine dernière. Mais la Google TV késaco ? C’est tout simplement une nouvelle façon de regarder vos programmes télé préférés puisqu’il sera désormais possible de faire apparaître une barre de navigation internet pendant les programmes (en utilisant la fonction vocale de votre téléphone Android ou grâce à une télécommande universelle) afin d’obtenir des informations supplémentaires, passer sur les sites de streaming officiels pour regarder des épisodes que vous avez manqués ou voir des bonus supplémentaires.

Lost tire sa révérence… sur les réseaux sociaux
L’annonce de Google TV intervient alors qu’une des premières séries à forte audience à avoir su se déployer avec succès sur le web, la série Lost de la chaine ABC s’est terminée hier soir aux Etats-Unis. Pour l’occasion la chaine a donc décidé de déployer les grands moyens et d’en faire un évènement mondial digital en se déployant sur le web avec un chat géant Lost afin de réunir les fans désespérés, un rendez-vous Facebook (qui a réuni tout de même plus de 90 000 fans). Certains ont même créé une page Foursquare Lost Finale, je vous laisse deviner la localisation… Le revers de la médaille est que tout fan, comme moi, qui souhaite rester éloigné des spoilers, n’a qu’une seule véritable solution, fermer son navigateur internet, son Twitter, son Facebook sous peine de voir l’expérience complètement ruinée…

Vous avez déjà entendu parler de Bustin Jieber ?
Non, vous n’avez pas besoin de changer vos lunettes, il s’agit en fait d’une petite histoire qui permet de mieux comprendre le nouveau système des Trending Topics sur Twitter. La plateforme de microblogging a en effet modifié son algorithme afin de refléter non pas ce qui est discuté depuis un moment (par exemple depuis le début de la journée) mais bien pour refléter ce qui est en train d’émerger et le jeune chanteur américain Justin Bieber en aurait fait les frais (son nom ayant été remplacé par un surnom que lui aurait donné le groupe rival des Jonas Brothers).

Ashton Kutcher versus Britney Spears… et le vainqueur est ?
Prenez deux stars de la pop culture américaine, ouvrez leur un compte Twitter et regardez le résultat… Le jusqu’à présent incontesté roi de Twitter Ashton Kutcher et ses twitpics de Demi Moore en petit culotte n’ont pas suffi pour résister à la déferlante Britney Spears qui vient de le dépasser en nombre de followers. Au-delà de l’anecdote, il s’agit bien ici de deux approches très différentes de Twitter qui sont en jeux puisque le compte de la chanteuse est géré par son équipe et est utilisé pour pousser les dernières actus vers les fans alors que celui d’Ashton est plus personnel. Alors il est temps de choisir votre camp. Entre Ashton et Britney, la bataille est lancée !

tags: , , , , , , , , , ,

Médias sociaux, vie privée, vie publique

par Sandrine Plasseraud dans News

Alors que Facebook célèbre aujourd’hui ses 6 ans, son fondateur Mark Zuckerberg vient d’annoncer que le site est sur le point d’atteindre la barre des 400 millions d’utilisateurs (tout juste 5 mois après avoir dépassé les 300 millions de membres). De son côté, Twitter paraît finalement encore en reste avec ses 13 millions d’utilisateurs (actifs) recensés en décembre 2009. Et pourtant, malgré leurs différences, ces deux grands noms du social media semblent avoir, entre autres points communs, le fait d’impacter sur le comportement des individus. Ainsi, selon Martin Giles, correspondant technologie de The Economist :

Les réseaux sociaux en ligne changent la façon dont les gens communiquent, travaillent et jouent, et le plus souvent pour le meilleur

D’après le dossier spécial « A world of connections » de The Economist, on est bien loin des années 90 où les communautés en ligne étaient l’appanage de geeks à lunettes qui se cachaient derrière des pseudos et des écrans. Les réseaux sociaux sont devenus de vastes espaces publics où des millions d’individus se sentent maintenant à l’aise d’utiliser leur véritable identité en ligne et de partager une portion de leur vie avec leur communauté. Et le rapport de citer que ce sont plus de 55 millions de mises à jour de statuts qui sont publiés par jour sur Facebook.

Le fait de parler ouvertement de sa vie publique sur le net suscite forcément des questions, des interrogations, et notamment de la part des parents. Comme le soulignait récemment Jean-March Manach, journaliste du Monde dans un excellent article intitulé « Vie privée : le point de vue des *petits cons* » :

Nombreux sont ceux qui pensent que les jeunes internautes ont perdu toute notion de vie privée. Impudiques, voire exhibitionnistes, ils ne feraient plus la différence entre vie publique et vie privée.

Et pourtant, comme l’explique cet article du Monde en citant Josh Freed, un éditorialiste canadien, il s’agit tout simplement d’une fracture générationnelle :

La [nouvelle génération] a passé toute sa vie sur scène, depuis que leurs embryons ont été filmés par une échographie alors qu’ils n’avaient que huit semaines… de gestation. Ils adorent partager leurs expériences avec la planète entière sur MySpace, Facebook ou Twitter et pour eux, Big Brother est un reality show

Et l’article de continuer avec une citation d’Elizabeth Denham, commissaire adjointe à la protection de la vie privée du Canada qui souligne que :

Les jeunes se retrouvent aujourd’hui à se demander si les choses se passent réellement quand personne ne les regarde

Alors, au final, est-ce les réseaux sociaux qui changent la façon dont nous nous comportons ? Ou bien facilitent-ils tout simplement un nouveau comportement, plus transparent, lié à ces nouvelles générations qui ont toujours vécu avec le net et pour qui, selon le rapport Pew, Internet c’est tout simplement la vie ?

Ce qui est certain c’est que les parents ne sont pas les seuls inquiets face à la façon dont nous exposons nos vies sur le net. Le dossier spécial de The Economist évoqué plus haut souligne ainsi que du coté des entreprises, le doute persiste quant à l’utilité des médias sociaux sur le lieu de travail et cite une étude selon laquelle seulement 10% des entreprises laissent leurs employés accéder aux réseaux sociaux depuis le travail, par peur d’une baisse de productivité mais aussi par peur qu’ils ne partagent des informations confidentielles via les réseaux sociaux. David Armano, dans ses prédictions pour l’an 2010 avait d’ailleurs évoqué le sujet de l’interdiction des réseaux sociaux par les entreprises en imaginant qu’un nombre croissant d’individus remplaceraient leur pause cigarette par une « pause social media » pour accéder aux réseaux sociaux via leur téléphone portable…

Je pense qu’il va s’agir de faire évoluer les mentalités en entreprise et de faire confiance à ses employés. 3 arguments se présentent :

1) Les médias sociaux ne sont pas des outils et des comportements qui existent de manière séparée de l’entreprise puisqu’ils sont déjà là. Quel service de ressources humaines ou de comm interne n’a pas déjà utilisé un outil qui favorise le réseau interne de l’entreprise, pour soumettre une suggestion, ou permis à leurs employés de se contacter sur des plateformes type forum ?

2) Si une entreprise fait confiance à ses employés pour qu’ils négocient des contrats ou communiquent avec des partenaires extérieurs, pourquoi diaboliser Facebook et autre Twitter ? Une information confidentielle si elle doit être donnée à la concurrence peut l’être par téléphone ou simple email. Pensons à retourner la situation et à faire de ces plateformes des outils de cohésion et de motivation pour l’entreprise ainsi que pour les jeunes recrues. Ainsi selon la 7ème édition du sondage Junior Achievement Deloitte, la moitié des adolescents (58%) admettent qu’ils prendront en compte la liberté laissée par leur employeur d’accéder aux médias sociaux sur leur lieu de travail avant d’accepter une offre d’emploi.

3) Si les consommateurs se trouvent sur les réseaux sociaux à toute heure de la journée, comment une entreprise espère-t-elle continuer à les comprendre si ses employés sont proscrits d’utiliser les média sociaux? La question pourrait sembler idiote mais c’est du simple bon sens. Il semble difficile de faire évoluer des produits si tout l’entreprise est coupée de la « vie réelle ».

Alors prêts pour les médias sociaux dans l’entreprise ?

tags: , , , , , ,

Facebook à l'assaut des conversations en temps réel

par Bertrand Masson dans News

Le site de socialisation Facebook lancera le 11 mars prochain une nouvelle version de son interface qui laisse présager d’intéressantes perspectives pour les utilisateurs mais également pour les marques.

Tout d’abord, les pages Facebook s’apparenteront désormais aux profils des utilisateurs. Cela permettra ainsi aux propriétaires de ces profils (par exemple un groupe de musique, une personnalité, une marques, un média) de tenir ses lecteurs au courant de leurs actualités en temps réel via les flux RSS. Toutes ces informations apparaîtront directement sur la page d’accueil de son profil et viendront se mêler aux contenus générés par ses amis. De manière réciproque, les utilisateurs seront autorisés à rendre leurs actualités publiques, c’est à dire potentiellement référencées par les moteurs de recherche. Toutes ces conversations publiques seront prochainement centralisées sur une page qui permettra à chacun (en particulier aux professionels de la communication et aux marques) d’avoir un aperçu global de ce que les gens disent et partagent sur la plateforme.

Ces nouvelles fonctionnalités ne sont pas révolutionnaires, elles s’inspirent amplement de celles de la plateforme de micro-blogging Twitter qui connait un succès retentissant depuis quelques mois. D’ailleurs le jeune fondateur de Facebook Mark Zuckerberg n’a jamais caché son admiration pour Twitter et a même tenté de racheter le service l’an dernier pour 500 millions d’euros. La concurrence s’annonce âpre entre ces 2 acteurs majeurs des médias sociaux même si Twitter ne devrait pas être trop affecté par les développements opportunistes de Facebook. En effet, sans bénéficier de sa notoriété, il s’appuie sur un noyau d’utilisateurs fidèles qui ont souvent abandonné Facebook, devenu trop grand public pour eux.

En s’engouffrant dans l’univers des conversations en temps réel, Facebook poursuit sa mutation : il souhaite implicitement encourager les utilisateurs à utiliser sa plateforme comme une source d’information en temps réel, un lieu de conversation et d’interaction. Cette stratégie s’est traduite par la mise en place ces derniers mois des commentaires sur les statuts et de l’outil de recommandation (la fonction « j’aime »). Elle reflète parfaitement la manière dont les réseaux sociaux évoluent en outils de communication asynchrones, instantanés et capables d’atteindre une audience globale. Facebook semble sonner le glas des réseaux sociaux repliés sur eux-même et ambitionne de devenir l’agrégateur ultime de contenus sur internet, allant même jusqu’à concurrencer les médias eux-mêmes.

Il s’agit également d’une belle opportunité pour les marques de communiquer avec leurs fans. L’utilisateur pourra suivre l’actualité de sa marque en temps réel et pourra interagir avec elle en laissant des commentaires ou en recommandant ses contenus à son cercle d’amis. Plus réactif qu’une newsletter, le profil public est l’outil idéal pour toucher une large audience et créer des conversations entre les fans.

tags: , , , , ,