Here are all of the posts tagged ‘GetGlue’.

Quelles opportunités pour la social TV ?

par Dimitri Gasulla dans News

Pas une émission télé sans son hashtag : de La belle et ses princes presque charmants aux récents débats de la présidentielle, le téléspectateur est de moins en moins muet et solitaire devant son poste de télévision. Désormais, une bonne soirée télé passe aussi par son lot de tweets croustillants :

  • Plus de 355 000 tweets ont été envoyés lors du débat télévisé du second tour de la présidentielle française ;
  • Pendant l’Eurovision, ce sont 837 000 tweets qui ont été publiés à travers l’Europe, dont plus de 60 000 en France.

La social TV s’impose ainsi peu à peu comme une réalité d’usage propice à de nombreuses conférences comme la récente Social TV/Social Engagement organisée par Advertising Age ou encore le Social TV World Summit de la semaine dernière. L’occasion pour les acteurs de ce milieu d’échanger sur les principaux sujets qui structurent leur activité et l’occasion pour nous d’introduire le sujet de la social TV, d’en présenter ses enjeux et les opportunités qui s’offrent au secteur de la communication.

Quelle définition de la social TV ?
La social TV ? Ce sont des conversations en ligne à propos des programmes diffusés à la télévision, des conversations qui intéressent les acteurs du secteur et ce à plusieurs niveaux :

  • D’une part, la social TV peut être utilisée pour accompagner la diffusion des programmes TV via la mise en place de stratégies ayant pour objectifs d’augmenter l’activité sociale autour d’un programme, et ce, avant, pendant et après sa diffusion. Un téléspectateur qui parle du programme est un téléspectateur engagé, plus loyal et qui se fait l’ambassadeur ce de programme
  • D’autre part, les conversations ne concernent pas exclusivement les programmes mais également les publicités diffusées. De fait, l’autre objectif de la social TV est d’augmenter l’impact des publicités télévisées.

Les acteurs de l’audiovisuel ont recours à deux types de dispositifs pour bénéficier de la social TV. L’un utilise directement les réseaux sociaux, l’autre passe par une application de second écran (second screen).

L’utilisation directe des réseaux sociaux : du plus simple au plus compliqué
Facebook et Twitter sont les deux plateformes les plus sollicitées pour la social TV. Une étude portant sur les téléspectateurs américains adémontré qu’ils sont près de 42% à avoir compris ce que signifiait un bouton « like » à l’écran (contre 28% pour un QR code et 18% pour un hashtag).
En France, la chaîne France 2 a invité Twitter à l’antenne de son émission On n’demande qu’à en rire, en mettant en avant le hashtag du programme (#ONDAR) lors de la diffusion de l’émission et en affichant les meilleurs tweets des téléspectateurs sur l’écran. Grâce à cette simple opération :

  • Le nombre de tweets comprenant le hashtag a été multiplié par plus de 60 ;
  • Le nombre de téléspectateurs qui ont tweeté a été multiplié par 20 ;
  • La moyenne de tweets par utilisateur a été multipliée par 3.

France Télévision a également innové en développant une application Facebook pour la page de Mots Croisés permettant aux fans de poser leurs questions aux candidats à l’élection présidentielle et de suivre l’émission en direct. Une première en Europe !
Aux Etats-Unis, les différentes applications de The Voice permettent de voter, suivre des concerts en live ou encore participer à un jeu pour prédire le futur vainqueur du programme. The Voice fait figure de leader dans ce domaine et est régulièrement citée comme exemple.

De nombreux autres moyens d’engager les téléspectateurs existent. Ainsi, certaines émissions utilisent la fonctionnalité Google Hangouts pour faire participer leur spectateurs, Instagram pour prolonger l’expérience du show, et des comptes Twitter et Facebook sont créés pour des personnages de fiction, etc.

Le recours aux applications de social TV 
Au-delà de l’utilisation de réseaux sociaux existants (Facebook, Twitter, Google+, Instagram, etc.) pour développer les conversations autour d’un programme, certains acteurs développent des stratégies se basant sur une application de second écran (second screen). Soit en passant par des applications tierces, soit en développant des applications dédiées (cette dernière solution est valorisée par les annonceurs, mais la base d’utilisateurs est à créer de toutes pièces).

Les applications tierces de social TV ont été démocratisées grâce à GetGlue, une application basée sur l’API de Foursquare, pour les médias. Via GetGlue, les utilisateurs peuvent réaliser des check-ins au sein de programmes TV (mais également des films, livres, vins, etc.) et gagner des stickers (badges virtuels). Au fur et à mesure du développement des usages et de la technologie, les applications de social TV se sont complexifiées. Celle vers qui tous les regards se tournent aujourd’hui se dénomme Zeebox. Une application qui sert à la fois :

  • De guide de programmes TV social (ce que vos amis regardent) ;
  • De plateforme pour faciliter les conversations autour des shows ;
  • D’outils pour accéder à de nombreuses informations sur ce que l’utilisateur regarde.

Forte de sa notoriété, Zeebox a commencé à développer des partenariats avec de nombreux annonceurs. Le dernier en date, conclu avec Budweiser, permet aux utilisateurs de participer à des questionnaires et jeux spéciaux au sein de l’application.

La France a également son application tierce : TVcheck. Développée par Orange et téléchargée 100 000 fois en moins d’un an, cette application reprend le principe de GetGlue mais va plus loin en permettant aux chaînes de télévision d’y organiser des jeux concours et des événements.

Certains acteurs préfèrent développer leurs propres applications de social TV plutôt que de passer par des applications tierces, afin d’optimiser l’expérience aux programmes et le secteur du sport a été pionnier dans ce domaine. Aux États-Unis, la NHL (la ligue américaine de hockey sur glace) a par exemple lancé une application où l’utilisateur doit prédire les actions du match en cours et défier ses amis. L’application du réseau de chaînes ESPN permet elle de consommer des contenus en ligne et d’avoir accès à différentes statistiques à propos des matchs en cours. En 2011, cette dernière totalisait 1,8 millions de visiteurs uniques par jour, un succès considérable.
Du côté des séries, on remarquera que les applications sont moins nombreuses, les chaînes de télévision semblant préférer prolonger leur univers sur différents médias (site Web, application Facebook, etc.). Par ailleurs, à ce jour leur démarche se focalise davantage dans une logique de création de contenus (de transmedia) plutôt qu’une socialisation de leurs programmes. Un des exemples les plus récents en la matière est celui de New Girl dont l’application a été développée par actv8.

L’analytics, la prochaine bataille de la social TV
La mesure de l’activité sociale autour de la télévision devient maintenant un indicateur de performance pour les marques et les chaînes de télévision. Les uns souhaitant savoir ce que les consommateurs disent de leurs spots TV, les autres cherchant à démontrer l’intérêt de leurs programmes, et en cela, l’engagement du téléspectateur devient le nouvel objectif à atteindre et les médias sociaux deviennent une nouvelle métrique. De l’avis de tous les acteurs, la mesure de l’activité sociale n’est pas en train de remplacer les audiences classiques, elle vient plutôt les compléter et surtout les préciser. Une problématique qui n’est pas étrangère à Médiamétrie ou son homologue américain Nielsen puisque ces deux sociétés développent actuellement des solutions de mesure d’audience combinant Web, médias sociaux et télévision. Plusieurs entreprises se sont ainsi spécialisées dans l’analyse de la social TV.

Deux sociétés américaines font figure de leader dans ce domaine : Trendrr et Bluefin Labs. Elles ont toutes les deux commencé par analyser les flux de messages d’utilisateurs provenant de réseaux sociaux ou applications de social TV. Elles sont ainsi capables de mesurer le succès d’une émission sur les médias sociaux, de corréler les pics de messages à des événements et d’analyser le contenu des messages. Il devient ensuite possible de définir les sentiments et le sexe de l’audience. Cela représente un service de plus en plus apprécié des diffuseurs pour observer les performances de leurs programmes.  Bluefin Labs est récemment allée plus loin en analysant l’impact des publicités TV sur les médias sociaux. L’outil est d’abord défini comme un moyen d’appréhender les performances des publicités et, dans un second temps, comme une nouvelle façon de planifier ses campagnes médias.

En France, les sociétés spécialisées sur ce secteur sont moins développées mais permettent déjà d’analyser les performances des différents programmes TV, comme TvTweet par exemple. D’autres sociétés spécialisées dans l’audiovisuel et/ou le numérique ont également pris l’initiative de développer leur propre outil pour mesurer l’activité sociale autour des programmes TV. Chez We Are Social, nous avons aidé des acteurs tels que la FOX au Royaume-Uni à comprendre le ressenti des internautes face à certains de leurs programme.

Conclusion : les conversations au coeur de la social TV
Au détour de cette rapide présentation du secteur de la social TV, il apparaît que sa frontière avec le brand content est le transmedia est parfois mince. Mais un point définit par dessous tout la social TV : la maitrise des médias sociaux ! Le succès de certaines applications de social TV est indéniable, mais n’est pas un passage obligé. Par exemple, The Voice réalise de très bonnes performances sur le Web sans aucune application dédiée et en se basant principalement sur l’activité naturelle des médias sociaux : les conversations des internautes. Ce qui importe, c’est comprendre ces conversations pour ensuite pouvoir optimiser l’activité sociale qui a lieu autour d’un programme de télévision et ainsi engager le téléspectateur.

Let’s talk?

tags: , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #75

par Guillaume Lalu dans News

L’introduction en Bourse de Facebook se précise
Les indicateurs semblent être au vert pour une introduction prochaine en Bourse de Facebook. Au cours du premier semestre 2011, l’entreprise a ainsi annoncé avoir doublé ses revenus (1,6 milliards de dollars) et accru ses bénéfices à hauteur de 500 millions de dollars, soit une marge de 30%. A titre de comparaison, les marges de Microsoft et de Google s’élèvent à 33%… et celle de Linkedin à 4,43%. Des réserves viennent cependant nuancer cet enthousiasme débordant, en mettant notamment en cause le fait qu’au titre de société privée qui n’a pas obligation de divulguer ses résultats financiers, ceux-ci pourraient être orientés de façon abusivement positive. Hypothèse qui pourrait être confortée par le récent déclin d’utilisateurs (et donc de revenus) constaté, notamment aux Etats-Unis.
Résultats financiers de Facebook - Premier trimestre 2011

Twitter lancera sa plateforme publicitaire au Royaume-Uni en octobre
Disponible aux US depuis plus d’un an, Twitter finalise actuellement ses partenariats avec les marques pour lancer sa plateforme de publicité au Royaume-Uni en octobre. Pour rappel, l’offre Twitter Ads permet aux marques de payer pour des tweets sponsorisés, pour promouvoir un compte ou bien pour faire apparaître un sujet comme « trending topic ». Peu d’info pour le moment, mais à en croire certaines agences média déjà approchées, Twitter chercherait à signer de gros contrats (des investissements à 6 chiffres selon les sources) et proposerait, au-delà des publicités nationales, du geo-targeting régional. Préparant le terrain depuis plus d’un an pour son arrivée sur le marché UK, Twitter aurait lancé les pourparlers en septembre 2010 déjà, avec O2, Vodafone, Sky et Sony, afin qu’elles deviennent les premières marques à utiliser l’offre de Twitter Ad.

Facebook revoit son système de filtres et de listes d’amis
Facebook a initié 2 changements d’importance afin d’enrichir la pertinence des contenus proposés à ses utilisateurs. A l’instar des cercles de Google+, Facebook a mis en place un système de filtres dans le fil d’actualités de ses utilisateurs qui permet de sélectionner les amis dont vous souhaitez voir s’afficher les statuts. En complément de cette nouveauté, Facebook a testé un système de « listes intelligentes » qui regroupent automatiquement vos amis aux caractéristiques communes : copains d’école, collaborateurs, amis habitant à moins de 50 kilomètres de chez vous… Il devient ainsi plus simple de publier des mises à jour à destination de listes d’amis très ciblées. Cette fonctionnalité de listes d’amis existait déjà sur Facebook mais elle devait être opérée de façon manuelle, ce qui explique que seuls 5% des utilisateurs s’en servaient jusqu’alors. Nul doute qu’avec ces nouveautés Facebook cherche à contrer Google+ et sa logique de cercles unanimement acclamée.

Utiliser une application tierce sur Facebook réduirait l’engagement de 70%
Si vous utilisez un service de publication automatique comme Hootsuite ou Tweetdeck, sachez qu’il diminuerait le nombre de likes et de commentaires de plus de 70%. C’est que nous apprend l’étude réalisée par la société Applum, qui a analysé près d’un million de mises à jour de pages fans. Plusieurs hypothèses ont été évoquées par Applum sur le sujet : il est possible que Facebook pénalise ces applications tierces pour forcer les administrateurs de pages à publier directement sur le réseau social. Il est également possible que Facebook considère ces applications tierces comme une seule et même source, et diminue donc la visibilité de celles-ci dans les flux d’actualités des internautes.

La liste secrète de Facebook qui protège ses partenaires
Comme nous l’évoquions ci-dessus, poster sur Facebook par le biais d’une application tierce réduit sensiblement l’engagement des fans. Selon InsideFacebook, une « whitelist » existerait : celle-ci permettrait que les applications tierces de publication des partenaires de Facebook soient moins affectées par cette réduction de visibilité (parmi eux : Buddy Media, Vitrue, Involver…). Cette information attise la grogne des développeurs non validés, et sous-entend que les marques utilisant des outils non « whitelistés » pourraient se retrouver pénalisées vis-à-vis de leurs concurrents. Reste que l’émergence sur Facebook est aussi une question de contenus et d’optimisation des posts, en vue d’obtenir un meilleur Edge RanK.
Réduction du taux d'engagement sur Facebook par plateforme

Sharp innove à la TV avec le hashtag #thisiswhy
Comme nous le décrit Nick Burcher sur son blog, on peut voir de plus en plus de publicités à la télévision qui communiquent des URL de pages Facebook ou encore des hashtags pour rassembler leur communauté. Le dernier exemple en date est celui de Sharp qui est allé encore plus loin dans le cadre de son sponsoring de l’équipe nationale de football d’Angleterre. Sharp a en effet diffusé des spots dans lesquels des supporters expliquaient pourquoi ils soutenaient leur équipe, et le hashtag #thisiswhy, visible en bas de l’écran, invitait les téléspectateurs à exprimer leur soutien sur Twitter. L’opération semble avoir bien fonctionné puisqu’un bon nombre de conversations ont été générées à l’aide de ce hashtag, que ce soit pour soutenir l’équipe d’Angleterre ou pour adresser des commentaires à la marque. Un bel exemple d’annonceur média qui propose aux téléspectateurs d’interagir avec lui.

Quand les commentaires boostent le trafic
Disqus (installé sur ce blog) est un système de commentaires qui existe depuis près de 5 ans. Des chiffres et des faits assez parlants ont été partagés il y a peu sur son blog officiel concernant l’impact des commentaires sur le trafic d’un site. Parmi eux, citons une amélioration de 15% des remontées dans les moteurs de recherche ou encore une hausse de 339% des commentaires sur les blogs passant d’un système traditionnel à Disqus. Le rapport complet est disponible en cliquant ici.

Twitter : les derniers chiffres marquants
Jeudi dernier, une présentation par Dick Costolo divulguait les derniers chiffres marquants concernant le site de microblogging Twitter :

  • 800 millions de dollars viennent d’être levés
  • 230 millions de tweets sont envoyés par jour en moyenne, ce qui correspond à une hausse de 110% par rapport à janvier 2010
  • 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, dont plus de 55% utilisent leur téléphone portable pour accéder à la plateforme

Mais le chiffre le plus remarquable concerne les plus de 400 millions de visiteurs uniques par mois, ce qui montre une fois de plus que Twitter intéresse également les utilisateurs n’ayant pas de compte.

Un second souffle pour Delicious ?
Delicious, un agrégateur créé en 2003 et appartenant à Yahoo, a été racheté par les fondateurs de YouTube, Steve Chen et Chad Hurley qui souhaiteraient lui redonner une nouvelle vie. L’objectif pour les deux entrepreneurs ? Faire de Delicious un site plus compétitif, soit un espace recensant en home les liens mais aussi les vidéos et images les plus partagés du moment. Le service permettrait également d’agréger et de partager les résultats de sa curation plus simplement et ne se restreindrait pas à un usage personnel. Cette évolution impliquera également une refonte du site.

Twitter renouvelle son accord avec Bing
Dans cet échange pour le moins familier sur Twitter, au cours duquel les deux services ont clamé leur amour mutuel, Twitter et Bing ont annoncé le renouvellement de leur partenariat permettant à Bing d’avoir accès à la base de tweets pour optimiser ses résultats de recherche.

Derrière ce qui constitue sans doute l’un des premiers « communiqué de presse » via Twitter, se cachent surtout les termes et le montant du contrat, sur lequel ni Twitter, ni Microsoft ne souhaitent s’exprimer.

Une expérience blogueurs qui tourne mal
Une flopée de blogueurs « cuisine » et blogueuses « maman » a été invitée à un dîner pas comme les autres dans les cuisines d’un grand chef new-yorkais : George Duran. La marque Marie Callender’s, qui lançait une nouvelle recette de lasagnes surgelées, a organisé dans ce restaurant une dégustation sans en informer les blogueurs. Au lieu de créer l’événement, l’expérience en caméra cachée a mal tourné et les blogueurs se sont sentis bernés par la manœuvre qui impliquaient également certains de leurs lecteurs invités. Ce flop a résonné sur les réseaux sociaux et a démontré combien il fallait être prudent lors d’initatives avec des blogueurs.

Marks & Spencer cible les blogueurs de mode avec une collection limitée
M & S essaye de se créer une personnalité différenciante pour ses sous-marques en ciblant les blogueurs mode avec une campagne sur Facebook créée par l’agence interactive Profero, qui challenge un certain nombre d’entre eux afin de leur faire créer leur propre collection limitée. Un plus grand engagement sera encouragé en invitant les fans Facebook et les lecteurs de ces blogueurs à venir voter pour leurs tenues préférées. Le blogueur ayant obtenu le plus de votes gagnera un voyage à Paris.

Heinz offre des coupons de réduction sur Facebook
Avec l’aide de nos confrères londoniens, Heinz vient de lancer une campagne de fidélisation exclusive à Facebook pour promouvoir ses nouvelles sauces au « goût chili ». En devenant fan de la page, vous pourrez obtenir une remise de 25% via un bon à imprimer. En partageant la promotion avec vos amis, vous pourrez même avoir une remise de 50% !

Achetez l’album de David Guetta avec vos Facebook Credits
Une première semblerait-il ! Avec près de 24 millions de fans sur Facebook, le DJ français capitalise sur sa très belle audience pour optimiser ses ventes. En effet, l’album est disponible sur la page de l’artiste et il est même possible de l’acheter grâce à vos Facebook Credits, à raison de 19 crédits par titre, soit 1,39€, au moyen d’une application dédiée. A noter que Facebook pourrait ainsi s’affirmer comme un sérieux concurrent pour iTunes. Il serait intéressant de connaître le chiffre d’affaires réalisé via ce dispositif…

Quelle est la durée de vie des liens que vous partagez ?
Combien de temps dure un lien ? Est-ce que cela dépend du type de contenu que vous partagez ? Bitly explique qu’il faut calculer la « half life » ou « demi-vie » d’un lien, soit la durée pendant laquelle le lien en question reçevra la moitié des clics obtenus jusqu’à son apogée. En général, la « demi-vie » d’un lien bitly est d’environ 3 heures, sauf s’il s’agit de liens Youtube pour lesquels on peut atteindre environ 7 heures d’attention. De nombreux liens ont une durée de vie inférieure à 2 heures, tandis que d’autres durent plus de 11 heures. En conclusion, Bitly nous apprend que la durée de vie d’un lien est davantage liée à son contenu qu’à l’environnement sur lequel il est partagé.

Topman fait sa première incursion dans le Facebook commerce
Topman, détaillant de mode pour les hommes appartenant à Arcadia, a lancé une boutique vitrine sur sa page Facebook. Les visiteurs de la page Facebook Topman pourront désormais naviguer à travers une gamme de vêtements et d’accessoires sélectionnés, «liker» et ajouter des éléments à leur panier. La solution F-commerce utilisée Zibaba n’est cependant pas transactionnelle. Les fans qui souhaiteraient effectuer un achat seront redirigés vers le site de la marque.

130 % d’augmentation en 3 mois pour GetGlue : l’avènement des check-ins média ?
GetGlue – service de localisation média (ou Foursquare du divertissement) permettant d’annoncer le film/la série TV que l’on regarde ou la musique que l’on écoute et récompensant ses utilisateurs par l’octroi de badges – a vu son nombre de check-ins par ses membres augmenter de 130 % en cumulé sur juin, juillet et août. La croissance globale sur l’année s’élève à 800 %, tandis que le nombre d’utilisateurs est passé de 1 million en avril à 1,5 million aujourd’hui. Les partenariats réalisés avec True Blood, Shark Week Twilight et Discovery ont, à l’évidence, contribué à cette croissance. Simple feu de paille ou phénomène durable, il est encore trop tôt pour le dire mais il semblerait que l’idée même de partager ce que l’on regarde à la TV soit un réflexe de plus en plus naturel…

tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #69

par Mathieu Flaig dans News

Pourquoi Google+ veut-il avoir votre vrai nom ?
Après avoir généré beaucoup d’avis positifs, Google+ a prêté le flanc à quelques critiques en supprimant de nombreux comptes. La raison ? Ils étaient associés à de faux noms, des pseudonymes… Même si son principal concurrent Facebook n’aime pas non plus les fausses identités, il a au fil du temps détendu sa politique. Alors pourquoi Google+ est-il aussi tranché sur ce point ? Tout d’abord pour que vos amis vous trouvent plus facilement et que le réseau se développe. Ensuite, pour éviter le SPAM. Enfin, pour que les membres se sentent obligés d’agir de manière responsable, et ne soient donc pas tentés par le trolling. Du côté de We Are Social, notre sentiment a été exprimé par Robin Grant dans l’article de la BBC, estimant que le service était encore en Beta et que Google avait peut-être été trop strict, trop rapidement.

Légère baisse du trafic de Google+ près d’1 mois après le lancement
L’engouement autour de Google+ ayant été très fort au démarrage, il était prévisible que l’on assiste à un ralentissement des visites, ce notamment en pleine période estivale. Celles-ci ont ainsi baissé de 3% la semaine du 23 juillet, passant de 1,86 million de visiteurs quotidiens à 1,79 million. Le temps moyen passé sur le site est lui aussi en baisse de 10%, passant de 5min50 à 5min15.

Google+ : des vidéos conférences en direct sur YouTube
La plateforme de vidéo-conférence de Google+, Hangouts, permet désormais de regarder des vidéos en direct sur YouTube tout en échangeant avec ses amis. Les utilisateurs de Google+ pourront suivre un flux en direct sur YouTube et voir qui parmi leurs amis regardent également ce flux dans un hangout. Ils pourront ainsi les rejoindre pour regarder ensemble la vidéo. Vous pourrez par exemple regarder un match de foot en direct ou une série avec vos amis et partager vos opinions, même si des centaines de kilomètres vous séparent !

La valeur des fans Facebook dépend du nombre de leurs amis
Une étude de Comscore et Facebook a tenté d’estimer la valeur d’un fan Facebook (hors dispositif média) en s’appuyant sur plusieurs études de cas (Starbucks, Bing, Southwest) ; la réponse est simple, pour estimer la valeur d’un fan, tout dépend en fait (et logiquement) du nombre d’amis qu’il a. En effet, un statut Facebook va être vu par un certain pourcentage des fans de la page, mais aussi ne l’oublions pas, via le fil d’actualité par les amis de ces derniers (alors qu’ils ne sont pas nécessairement fans de la marque). C’est sur ce fameux fil d’actualité que la majorité du trafic de la plateforme se fait (27% contre seulement 10% pour les applications Facebook). Le potentiel est énorme puisque le livre blanc de Comscore estime ainsi que si un fan a en moyenne 130 amis, le nombre total des amis des fans des pages les plus populaires de Facebook serait 31 à 84 fois supérieur au nombre de fans de ces pages. Il est donc temps d’optimiser ses mises à jour…

« Le pouvoir du J’aime » sur Facebook
The Power of Like (Le pouvoir du J’aime) est le nouveau livre blanc de Comscore réalisant un état des lieux complet et en profondeur des possibilités offertes par les communautés créées autour de pages Facebook. Leur étude se base sur 3 marques aux activités et présences Facebook différentes : Starbucks, Bing et Southwest Airlines. Les résultats sont édifiants : par exemple un fan est bien plus enclin à visiter le site internet ou à acheter les produits qu’un internaute non-fan. Une étude approfondie de plus qui prouve l’intérêt des marques à investir les réseaux sociaux ! Le livre blanc est disponible en cliquant sur ce lien.

Les jeunes ne prêtent aucune considération aux marques sur Facebook
C’est ce que semble révéler une étude ethnographique sur Facebook, lancée par l’agence marketing anglaise Amaze auprès de 20 jeunes de 10 à 15 ans, et qui se conduira jusqu’en 2015. Les marques auraient beaucoup de mal à y échanger avec les jeunes, qui eux préfèrent suivre leur groupe ou leur chanteur favori. Ceux qui admettent suivre des fanpages de marques avouent aussi ne jamais être retournés sur la page par la suite. Et plus de la moitié rejettent complètement les marques qui essayent de communiquer avec eux, que ce soit en leur apportant du contenu informatif, divertissant ou en leur parlant comme une « vraie personne ». Pire encore, le groupe étudié ne semble prêter aucun intérêt aux concours, promotions ou quelconque forme d’exclusivité de la part des marques. Que font-ils alors sur Facebook ? Ils likent et commentent les statuts de leur amis, envoient des messages et discutent sur le chat. Le « poke », les « gifts » et le partage de contenu sont parmi les activités les moins populaires de cette population.

L’hôtel Ushuaia Beach vous facilite le check-in Facebook
L’hôtel Ushuaia Beach à Ibiza, un hôtel d’un genre nouveau combinant Sets de djs et hébergement classique, propose à ses clients de porter un bracelet comprenant la technologie RFID. Pourquoi ? Car celui-ci est synchronisé avec leur profil Facebook et leur permet de check-in de l’hôtel. Des bornes ont également été installées pour télécharger des photos… l’objectif étant de pousser les protagonistes à se taguer sur les photos publiées et à former une communauté d’invités. Une façon originale de s’identifier sur place, et surtout un bon moyen de donner de la visibilité à cet hôtel tout en narguant ses amis.

Postez vos photos Facebook de la piscine
Voici un autre exemple de l’utilisation de la technologie RFID mais cette fois-ci au sein des complexes aquatiques The Great Wolf Lodge. Le bracelet sert de clef pour les chambres et leur permet désormais de se connecter directement sur leur profil Facebook et de poster leurs photos. Prenez la pause dans l’eau, scannez votre bracelet et publiez !

Vodefone Blue 555 : un Facebook Phone qui cible les marchés émergents
Vodafone vient de lancer un nouveau téléphone qui a les apparences d’un Smartphone traditionnel, et pourtant il s’agit d’un Facebook Phone sans 3G et connexion Wi-Fi. Le téléphone est en effet vendu à bas coût avec une connectivité 2.5G et EDGE et un bouton dédié à Facebook. Proposé à 70€ et incluant un forfait, il devrait selon Vodafone connaître un grand succès dans des pays émergents comme l’Inde.

L’application Facebook pour BlackBerry v2.0 est disponible
La nouvelle version de Facebook pour BlackBerry est disponible depuis quelques jours, comme nous le relate le site Inside Facebook. Cette version comprend de nombreuses améliorations comme l’intégration du chat, la possibilité de partager du contenu via BBM et une interface revisitée et plus ergonomique. Notons qu’en un mois, Facebook pour BlackBerry a gagné près d’un million d’utilisateurs pour atteindre les 25,3 millions en juillet.

Les tweets sponsorisés débarquent dans nos timeline
Des mois que l’on en entend parler : les tweets sponsorisés sont désormais officiellement lancés mais ne crions pas au [grand méchant] loup, Twitter a fait en sorte de ne pas contrarier ses utilisateurs. Les tweets sponsorisés n’apparaîtront en effet dans votre timeline que si vous followez au préalable le compte Twitter de la marque qui sponsorise le tweet en question. De plus, un seul tweet sponsorisé s’affichera dans votre TL au moment du login, il disparaîtra ensuite, noyé par l’afflux de tweets en provenance de vos camarades twittos. En somme, de la pub mais non intrusive où Twitter allie souci de rentabilité et respect de ses utilisateurs. Qui pourraient surgir dans vos Timelines ? Entre autres : Best Western, Dell, Groupon, HBO, Microsoft Xbox, Sephora, Starbucks, Virgin America, etc…

La Maison Blanche a « rickrollé » sur Twitter
Le 27 juillet dernier, la Maison Blanche organisait un tchat à propos de la dette américaine, sujet quelque peu rébarbatif. Les questions et les réponses restant dans le domaine de l’économie et du budget des Etats-Unis, l’internaute David Wiggs a interpellé la Maison Blanche sur le côté pas très drôle du débat. Soucieuse de faire plaisir aux citoyens américains, la Maison Blanche a très vite allégé le ton du débat en « rickrollant » les internautes avec ce tweet. On peut dire que la Maison Blanche a de l’humour !

Des tweets auraient influencé le débat sur le plafond de la dette américaine
Un assistant de la Maison Blanche a fait remarquer que Twitter a influencé l’accord récemment annoncé à propos du plafond de la dette américaine. Ce projet de loi devant être voté le lundi suivant, le président Obama a demandé dès le jeudi à ses followers de contacter les représentants républicains via Twitter afin qu’ils arrivent à un accord concernant la dette. Son équipe a alors passé la journée à échanger avec des membres républicains en utilisant le hashtag #compromise dans le but de les convaincre. Cela a coûté au compte Twitter de Barack Obama de perdre 36 000 abonnés et de recevoir quelques messages de mécontentement.

Le micro-blogging malmène la censure en Chine
L’essor des médias sociaux en Chine – notamment via l’usage du micro-blogging mobile par une classe moyenne grandissante – fait tourner court les tentatives de verrouillage de l’information initiées par le gouvernement. Le phénomène a pris une ampleur insoupçonnée après un grave accident de train grande vitesse dans la province de Zhejiang ayant fait 40 victimes. Tenu a un mutisme habituel, le gouvernement a ainsi vu défiler les témoignages de passagers, les appels à l’aide et l’organisation de traitement des blessés, sur les équivalents nationaux de Twitter. Ce ne sont pas moins de 26 millions de messages qui ont été envoyés, et ont poussé certains officiels à revoir tant bien que mal leur version des faits, face à des citoyens plus méfiants que jamais.

Foursquare + Groupon : à nous les bons plans !
Après moult négociations, les deals Groupon vont maintenant apparaître dans Foursquare (cela fait suite aux précédents partenariats annoncés il y a peu avec d’autres « fournisseurs de bons plans »). Lorsque vous « explorerez » dans Foursquare les bons plans à proximité, les daily deals réguliers Groupon vous seront suggérés. Ce partenariat est un échange de bons procédés : Groupon s’offre là une belle présence (plus facile de rechercher des deals dans Foursquare que de télécharger l’application Groupon…) ; quant à Foursquare, l’application aux 100 millions de téléchargement offre un « bonus » à ses usagers et profite de la capacité de Groupon à tracker les deals.

Les marques arrivent sur Instagram
La semaine dernière, nous vous parlions de l’arrivée de Justin Bieber sur Instagram ou encore de l’initiative innovante de The Vaccines sur ce réseau. Mais les marques sont elles aussi de plus en plus nombreuses à investir ce service de partage de photos. Pour preuve, Timberland, qui profite de sa fanpage pour annoncer fièrement son arrivée sur Instagram, identifier ses fans utilisateurs de l’application et recruter ses premiers followers au passage. Chez ASOS, un onglet Instagram dédié a été lancé, où la marque promet à ses fans des updates chaque jour et du contenu “behind-the-scene”. Une présence qui commence à se démocratiser donc, mais l’avenir nous dira si Instagram saura attirer un nombre d’utilisateurs suffisamment conséquent pour séduire la majorité des marques.

Les JO de Londres à l’heure du Web social
A un an de la tenue des Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012, le site dédié à l’événement a mis en place la semaine dernière un concours pour déterminer les 20 pays ayant le plus grand nombre de fans en ligne. Etaient ainsi comptabilisés le nombre de tweets incluant le hashtag #1YearToGo et les trois lettres du pays concerné, ainsi que le nombre de vidéos Youtube et de photos FlickR soumises. Etats-Unis, (16%) Brésil (15%) et Grande-Bretagne (14%) figurent ainsi sur le podium final. Objectif de cette opération : communiquer sur l’ouverture des JO à Londres se tenant précisément un an plus tard, à savoir le 27 juillet 2012. Le Comité olympique a, par ailleurs, officiellement invité les athlètes sélectionnés à publier des billets sur leurs blogs ou encore à tweeter pour relayer ces Jeux. Nul doute que les médias sociaux joueront un rôle central à la mesure de cet événement planétaire.

L’Angleterre ouvre son parlement aux pétitions en ligne
Dans une volonté d’ouverture et de digitalisation, le parlement anglais a ouvert un site de pétitions en ligne permettant aux sujets les plus sollicités de bénéficier d’audiences de réflexion. Une promesse intéressante pour un gouvernement qui tient à ouvrir son circuit de législation. Pour l’instant, seules les propositions cumulant plus de de 100,000 signatures seront examinées, même si ce volume pourrait évoluer selon le succès de la plate-forme.

Les avis des clients sur Domino’s Pizza en direct à Times Square
La marque de restauration américaine Domino’s Pizza jouait déjà la transparence grâce au Domino’s Tracker. En effet, chaque consommateur peut savoir où en est sa commande en temps réel, demander des modifications, donner son avis… Chaque employé de Domino’s Pizza répond alors en personne à l’utilisateur. Mais comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous, « Domino’s vient de placer la barre un peu plus haut » en affichant l’intégralité des messages reçus (positif, neutre ou négatif) sur un écran géant de Times Square à New York !

Les nouveaux Tags NFC de Nokia
Pour soutenir leur gamme de Smartphones conçus à partir de la technologie NFC, Nokia a lancé une boutique en ligne qui propose des Tags NFC offrant une multitude d’options : Twitter follows, Facebook like, URL personnalisées, check-ins automatisés sur Foursquare et bien plus encore. Ces nouvelles fonctions seront compatibles avec les Nokia N9 et C7. Le Hub NFC n’est actuellement disponible qu’au Royaume-Uni mais devrait s’étendre prochainement au reste des pays européens. Découvrez-en davantage à propos notamment des check-ins Foursquare dans la vidéo ci-dessous :

Channel 4 s’associe à GetGlue
Comme le rapporte le site officiel de Channel 4, la chaîne de télévision britannique s’associe avec le réseau social américain GetGlue pour créer des stickers en relation avec ses programmes. Pour gagner des stickers, Les téléspectateurs devront faire un check-in lorsqu’ils regardent une des séries diffusées par la chaîne. Un des stickers à gagner fera également office de ticket d’entrée à un concours pour gagner un voyage aux États-Unis, ce qui peut être un excellent moyen pour Channel 4 de fidéliser ses téléspectateurs.

Vous voulez la coupe de cheveux des anciennes gloires du Football ?
En janvier, le constructeur automobile anglais Vauxhall a signé un partenariat de quatre ans avec les équipes nationales anglaise, écossaise, galloise et d’Irlande du Nord. A cette occasion, ils ont lancé l’application Retro Styles sur leur fanpage dédiée au football. En l’utilisant, vous pourrez porter la coupe de Kevin Keeganou Rudi Völler et amuser vos amis.

Specific Media annonce une renaissance de Myspace
Comme annoncé la semaine dernière, Myspace a été racheté par Specific Media. Les nouveaux propriétaires – les frères Vanderhook – veulent faire renaître ce site pionnier des médias sociaux avec l’aide de leur partenaire Justin Timberlake : ”nous allons rendre Myspace cool à nouveau”, dit Tim Vanderhook, PDG de Specific Media. Les frères ont refusé de fournir trop de détails sur la façon dont la société va changer Myspace, et il va donc falloir attendre jusqu’à la fin de cet été pour connaître son avenir qui sera révélé lors d’une conférence.

tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #53

par Guillaume Lalu dans News

Budweiser responsabilise les conducteurs sur le Twitter chinois
Budweiser a lancé une campagne digitale et intégrée sur le site de microblogging Sina Weibo, comme a pu le souligner le site Brand Republic News. Sur un ton corporate, la marque de bière encourage les conducteurs à ne pas boire et à poster directement leur engagement sur la plate-forme pour ainsi obtenir le badge « I do ». Pour les inscrits, l’objectif est de pouvoir repérer son conducteur favori et à jeun, qui les reconduira sain et sauf après une soirée. Une sorte de SAM, soit LE conducteur désigné de l’après-soirée. Budweiser se positionne ici en partenaire responsable.

Code de bonne conduite pour la promotion des médicaments sur le Web
Pour la seconde fois en 4 mois, la « Food and Drug Administration » soit l’équivalent de l’AFSSAPS aux État-Unis, retarde la sortie de son code de bonne conduite. Un document qui est largement attendu et qui offrira une idée des comportements à adopter dans la promotion des médicaments sur les médias sociaux et sur le Web plus globalement.

« Twitter Elite », la dernière expression marketing à la mode ?
Le marketing fait partie de ces secteurs qui affectionnent les mots à la mode. Après curator par exemple, voici la “Twitter Elite”. Comme l’indique Wallblog, une récente étude menée par l’Université de Cornell et Yahoo! a montré que quelques 20 000 utilisateurs du site recevaient 50% de l’attention totale des membres. Parmi le Top du Top de cette “élite”, on trouve bien sûr d’abord les célébrités et les médias, suivis de société comme Google ou de blogs comme Mashable.

Twitter facilite son intégration dans les sites
A l’instar de Facebook qui s’impose sur tous les sites avec ses plugins sociaux, Twitter lance ses “Web Intents” qui ont pour but de faciliter la vie des développeurs. Comme le précise Techcrunch, ces outils permettent de répondre à un tweet, de le retwitter, de le mettre en favori, de suivre un compte… sans quitter le site initial.

Combien d’utilisateurs actifs parmi les professionnels ?
C’est la question que soulève eMarketer, à propos de l’annonce récente des 100 millions d’utilisateurs de Linkedin, dont 44 millions proviendraient des Etats-Unis. On y apprend que d’après Experian Hitwise, Linkedin n’obtiendrait que 0,51 % de toutes les visites sur les réseaux sociaux aux US en janvier 2011, loin derrière Facebook, Myspace, Twitter, Tagged, MyYearBook et Mylife.com. En revanche, comScore signalait en décembre 2010 que LinkedIn bénéficiait de 26,6 millions de visiteurs uniques américains, derrière Facebook et MySpace mais devant Twitter. D’autres données complémentaires sont disponibles “ici”.

+1 : Google intègre les recommandations dans ses résultats de recherche
Marchant ouvertement sur les traces de l’incontournable bouton « J’aime » de Facebook, Google offre désormais la possibilité (sur google.com dans un premier temps) de partager des recommandations sur ses résultats de recherche. Une fois connecté à votre compte et grâce à un simple clic sur ce bouton « +1 », il vous sera possible de mettre de l’avant les contenus que vous jugez particulièrement pertinents. Votre réseau de contacts Google pourra également vous faire bénéficier de ses recommandations, rendant ainsi les résultats de recherche plus que jamais personnalisés et en adéquation avec leurs préférences… et donc probablement les vôtres.

Samsung suspecté d’avoir eu recours à de faux témoignages
Dans sa course effrénée à la conquête du marché des tablettes, en particulier avec l’iPad d’Apple, Samsung fait l’objet de forts doutes quant à la véracité de témoignages vidéo de supposés utilisateurs de sa tablette Galaxy Tab. Selon Harry Mc Cracken, rédacteur en chef de Technologizer, trois des interviewés seraient en réalité des comédiens. Le jeu s’avère extrêmement risqué pour Samsung. En effet, si cette hypothèse émise par Mc Cracken se révélait vraie, nul doute que la confiance de nombre de ses clients s’en trouverait affectée et que son image serait durablement pénalisée.

250 millions d’utilisateurs mensuels pour Facebook Mobile
Non content d’accaparer la majeure partie de la navigation web, le réseaux social occupe désormais un grande part des connections mobiles et vient de dépasser le cap des 250 millions d’utilisateurs mensuels. Un passage qui, bien que symbolique, a revu à la hausse les exigence vis à vis du portail mobile de Facebook, jusqu’ici décliné en applications smartphone (iPhone, Androïd, Blackberry), terminaux tactiles avec touch.facebook.com et enfin mobile avec m.facebook.com. La firme a décidé de rassembler tous ses portails mobiles sur une seule plateforme web (sans toucher aux applications). Le déploiement devrait s’opérer dans les prochaines semaines.

Petites applis entre amis
Qui n’a jamais fouiné dans le smartphones de ses amis à la recherche d’une appli inconnue, fun ou utile ? Si l’iTunes Store propose un classement des meilleures ventes avec des commentaires, l’idée d’Apptitude va plus loin dans la découverte et vous propose d’explorer les applications utilisées par vos amis Facebook. Une idée originale (et gratuite !) dont le potentiel a vite séduit, au point d’entrer dans le top 50 des applications les plus téléchargées.

Gowalla grandit et dévoile sa stratégie
Après Foursquare, c’est au tour de Gowalla d’annoncer l’ouverture d’un bureau à Londres. En effet, l’entreprise forte de plus d’un million d’utilisateurs, réalise près de 45% de sa croissance en dehors des Etats-Unis, principalement en Europe de l’Est et au Moyen-Orient. Elle souhaite désormais se développer en tant que guide de voyages social, le « lonely planet rédigé par vos amis ».

Nouvelle fan attitude : check in et geoloc.
« What are you watching right now ? ». Get Glue, application iphone et site web de check-in TV, s’offre une refonte. L’application, qui compte 800 000 utilisateurs et Time Warner au capital, permet au fans de série de se géolocaliser à leur programme préféré et d’obtenir successivement le statut de fan, superfan et guru, ainsi que les goodies associés. Point essentiel de cette refonte : la plateforme intègre Foursquare et s’étend au domaine du sport avec un bouton dédié et des partenariats badges et goodies signés avec les principales ligues et chaînes sportives US (NHL, NFL Network, etc..).

Facebook, Facebook, dis-moi qui a le plus d’impact ?
La star ou la bannière ? A budget égal, une recommandation depuis le stream facebook d’une personnalité aurait plus d’impact qu’un display publicitaire également sur Facebook. C’est la conclusion à laquelle parvient le cabinet BAT en comparant 200 campagnes de recommandations («celebrities endorsement») via des personnalités sur Facebook, dont Snoop dog et Enrique Iglesias et des campagne publicitaires plus classiques. Faut-il préciser que les analystes de cette étude « bookent » par ailleurs des stars sur des campagnes sociales et comptent à leur catalogue environ 1000 personnalités ? A retenir cependant la reconnaissance centrale du stream en terme d’impact et d’influence. On se connecte à son newsfeed !

Partager son profil Facebook pour une association caritative
A l’occasion de la fête des mères, au Royaume-Uni, BBH a lancé sur Facebook et Twitter, une campagne de sensibilisation et de collecte de fonds pour une association caritative orientée vers la santé des femmes en Afrique, l’AMREF. Pendant cinq jours les utilisateurs de ces réseaux sociaux pourront partager leurs comptes avec des femmes en Ethiopie, au Kenya et en Tanzanie. Les statuts partagés ont pour but d’inciter aux dons, notamment pour former des sages-femmes.

Un ambassadeur pour la Major League de Baseball
A la veille du début de la saison, la MLB annonce son engagement dans les média sociaux via le recrutement d’un ambassadeur : Mike O’Hara, 37 ans, fan des Yankees. L’heureux locataire de la MLB Fan Cave, un pied à terre de 15 000 m2 en plein Broadway à New York, devra regarder chaque match de la league et les commenter en direct sur twitter, sur une page Facebook et sur un blog. Aidés par Ryan Wagner, les deux compères auront le champ libre pour faire buzzer la ligue : interviewer des inconnus dans la rue ou organiser des soirées avec les légendes du baseball et leurs fans. Face à 10 000 candidats, Mike a gagné un métier de rêve pour beaucoup d’américains !

Foursquare remplit la gamelle de votre chien
GranataPet innove grâce à Foursquare. En effet, la marque allemande de nourriture pour chiens a mis en place des affichages incitant les utilisateurs à faire un check-in qui actionne alors la distribution d’une ration de croquettes, juste sous le nez de Médor. Un pas de plus pour Foursquare qui, jusqu’ici, est plus connu pour délivrer des offres spéciales ou des avantages liés à des programmes CRM.

Twitter, mon beau Twitter, suis-je la plus belle ?
Le centre commercial Westfield London s’est équipé de “tweet mirrors” qui permettent aux clients de s’observer dans le miroir et d’envoyer une capture en temps réel à leurs amis. Si vous décidez de ne pas acheter l’article, il vous sera aussi envoyé par mail pour que vous puissiez l’acheter en ligne si vous changez d’avis. Reste à savoir si vous allez faire confiance à votre timeline en matière de goûts vestimentaires…

tags: , , , , , , , , , , ,