Here are all of the posts tagged ‘Conversations’.

#BlackFriday : 3 fois plus de conversations

par Arthur Feraud

Le Black Friday est une tradition américaine qui a lieu depuis 1970. C’est une journée promotionnelle lançant la période des achats de Noël. Un “vendredi noir” qui décrit la marée humaine envahissant les rues le lendemain Thanksgiving.

Nous avons souhaité savoir si cet événement américain avait eu une résonance en France en dressant un bilan de l’intérêt suscité sur les réseaux sociaux.

Pour cela nous avons mis en perspective les conversations en 2013 et en 2014 sur Twitter en analysant les volumes.

Des conversations en baisse aux USA
Nous observons une baisse de 18% des conversations Twitter aux USA qui révèle un léger désintérêt des américains pour le Black Friday.

  •  978 000 tweets le 29 novembre 2013
  •  800 000 tweets le 28 novembre 2014

Mais parallèlement, une augmention de 261% des conversations françaises
Entre 2013 et 2014, le Black Friday s’est installé dans les conversations françaises. Même s’il faut garder en tête qu’en valeur absolue les volumes sont bien moins importants qu’aux États-Unis, pays de naissance du phénomène, on note chez nous une hausse de ces conversations sur Twitter avec :

  • 8 798 tweets le 28 novembre 2014
  • 2 491 tweets le 29 novembre 2013

Un sujet qui intéresse de plus en plus d’internautes et notamment les hommes. Tout comme l’an dernier, ils monopolisent 61% des conversations sur le sujet.

Un engouement français dans les conversations qui se traduit par un réel impact dans les achats
L’intérêt exprimé dans les conversations se reflète dans le taux de participation au Black Friday en France. En effet, cette année 29,4% des français ont pu bénéficier de produits en réduction (source : sondage LSA-Toluna), un chiffre qui prouve l’adoption de cet évènement par les français, soucieux de réduire leurs dépenses à Noël. En effet, les hashtags associés aux conversations sont à 5,6% #bonplan et #promo à 1,6%.

Des marques qui elles aussi ont pris part aux conversations.
Sans grande surprise on retrouve les retailers High tech avec Darty, la fnac et Boulanger dans le trio de tête des marques ont su s’accaparer du sujet.

  • Darty

L’enseigne a réussi à tirer son épingle du jeu en surfant sur la sortie du trailer du prochain Star Wars. Le hashtag #starwars était en trending topic ce jour là et a assuré une certaine visibilité à la marque qui s’est immiscée dans les conversations.

  • La Fnac

Comme l’année dernière, la FNAC a utilisé Twitter lors du Black Friday. C’est la marque qui obtient le meilleur engagement avec plus de 150 retweets en associant son tweet avec le hashtag #blackfriday.

  •   Boulanger

Autre retailer hight Tech & multimédia, on retrouve Boulanger qui complète le trio des marques qui ont su engager sur Twitter.

Plus surprenant, cette année nous avons observé l’apparition d’acteurs de grande distribution : Auchan et Géant qui ont surfé sur le Black Friday sur Twitter

  • Auchan

L’enseigne de grande distribution s’est lancée dans l’aventure cette année. L’enseigne est une des rares à avoir créée pour l’occasion un # dédié : #AuchanBlackFriday. Malheureusement, la mayonnaise n’a pas prise avec seulement 33 tweets liés à ce hashtag, un raté sans doute dû à un visuel trop promo et pas assez créatif.


Même certains twittos trouvent, aussi, cela surprenant :

→ Un signal faible qui révèle à quel point cet évènement est en train de prendre une forme résolument « grand public ».

Bémol : une américanisation pas forcément bien vue
Certains twittos remettent en cause le coté pathétique des faibles réductions opérées par les marques et l’américanisation de ce jour :

 

 

Ce sentiment "négatif" à propos du Black Friday reste sporadique dans le flot des conversations globales.

Ce qu'il faut retenir :
Des conversations qui ont été multiplié par 3 sur Twitter en France prouvant l'intérêt grandissant de cette journée typiquement américaine auprès des internautes et consommateurs français. Parallèlement à cet engouement, l'intérêt conversationnel du Black Friday se délite aux USA. L'engouement français a été entendu par les marques et elles se sont installées sur Twitter avec plus ou moins de succès.
Sans nul doutes, nous suivrons l'évolution pour l'édition 2015.

tags: , , , , ,

Actu et réac’tu : le mariage pour tous

par Isabelle Bouttier dans News

Nouvelle année, nouveaux projets, et parce que chez « We Are Social », les nôtres sont orientés vers les conversations online et les sujets qui « tricotent » et « détricotent » notre société, cette année nous avons décidé de mettre notre équipe d’analystes à contribution pour publier régulièrement les résultats d’études portant sur des thématiques sociales. Nous suivrons l’évolution d’une seule et même thématique sur plusieurs mois en mettant en perspective les différences de discours entre la presse online et Twitter. Nous partons en effet du postulat que ces deux canaux de communication ont leur propre singularité dont découlent des postures (sujets abordés, sémantique utilisée, ton employé) qui méritent d’être comparées.

Nous publions ce mois-ci notre premier dossier « Actu / réac-tu : presse en ligne Vs. Twitter » qui porte sur un sujet, à priori, pas vraiment pour tous puisqu’il s’agit du « mariage homosexuel ».

we are social - Actu Réac'tu #maruagepourtous

Ce sujet est abordé par les médias sous l’appellation « mariage pour tous » (appellation qui a le mérite de ne pas nommer la population concernée par le projet de loi, à savoir les homosexuels), amenant ainsi les spectateurs du discours à s’interroger : « s’agit-il d’une simple velléité de la société de s’inscrire dans une posture politiquement correcte ou bien d’une dynamique impulsée par les partisans du projet qui souhaitent mettre en avant une certaine perception d’inégalité ? »

En d’autres termes, qui tire les ficelles du discours ? Les acteurs et promoteurs du discours sont-ils pluriels et surtout comment se saisissent-ils des outils de communication à leur disposition sur la toile ? Existe-t-il des différences marquantes sur le web entre le plus vieux médias du monde (la presse) et le support qui contribue aux manifestations voire aux révolutions contemporaines (Twitter) ?

Notre première infographie 2013 abordera donc cette question en comparant l’évolution du discours sur la presse et sur Twitter entre décembre 2012 et janvier 2013. Ce sujet sera traité jusqu’en mars, voire plus selon l’évolution du projet qui est débattu à l’Assemblée Nationale depuis le 29 janvier 2013. Au-delà de l’infographie reprenant le discours de la presse et des utilisateurs de Twitter, nous avons en outre souhaité comprendre les motivations profondes inhérentes au discours en analysant les échanges sur les principaux forums, vous en trouverez une synthèse plus bas dans ce blog post.

Du côté des forums
Le discours sur le social media est régi par le support utilisé pour s’exprimer. Sur Twitter les expressions sont brèves et spontanées. Twitter n’est pas un support de communication sur lequel un argumentaire est développé contrairement aux blogs et forums. L’écoute de Twitter est donc adaptée pour repérer des tendances et des évolutions d’expressions in situ (notamment à travers l’étude des #) mais cette source n’est pas pertinente pour analyser les motivations profondes inhérentes au discours. Nous avons donc pris le parti, pour introduire le sujet « mariage pour tous » d’étudier les échanges postés sur les principaux forums utilisés courant janvier 2013.

Méthodologie et objectif
Nous avons lu et analysé humainement le discours tenu par 60 personnes sur les 3 forums sur lesquels le discours était majoritaire et ce, au cours du mois de janvier 2013. Les échanges entre ces internautes sur auféminin.com, forums.france2 et forums.france3 représentent 520 verbatims analysés sous un angle sémantique et sociologique.

« Le mariage pour tous » : les vrais sujets
La filiation et la parentalité sont les deux sujets qui structurent le discours à propos du mariage gay sur les forums. Ils sont abordés sous l’angle de l’opposition entre la nature (l’origine, la genèse biologique ou religieuse) et la culture (l’affranchissement de l’homme vis-à-vis de la nature en la modifiant ou en la contournant), voire entre la norme (ce qui est commun au plus grand nombre, ce qui fait société) et la déviance (ce qui est hors norme et à la périphérie de la société). Dans ce schéma, l’union entre deux hommes ou deux femmes est située à mi-chemin entre la nature et la culture et entre la norme et la déviance. L’union entre deux personnes de même sexe n’est donc pas considérée comme relevant de la nature mais semble être perçue comme un « produit » acceptable de la culture.

De ce fait, ce n’est pas l’union entre gays qui pose problème dans le débat sur les forums mais bien la filiation et son pendant, la parentalité. En effet, la filiation biologique ou naturelle relève nécessairement de la relation entre un homme et une femme et la société a établi ses règles selon cette différence des sexes.

La vraie question : la différence des sexes au sein de la parentalité
De cette différence découle des rôles et fonctions attribués à chaque sexe. Or la filiation sociologique au sein d’un couple gay bouleverse les repères de la différence des sexes : « Une petite fille naît dans une rose, un petit garçon dans un choux, et les autres ??? », forums.france3.fr. « Le petit garçon qui jouera à la poupée (…) sera-t-il regardé différemment ? La petite fille qui vivra avec deux papas et qui un jour voudra faire pipi debout… », aufeminin.com.

  • L’attribution du nom (à défaut de choix, l’enfant porte le nom du père en cas d’établissement simultané de la filiation)
  • La garde accordée en priorité aux mères en cas de séparation
  • L’obligation qui est faite à certains pères de verser une pension alimentaire alors qu’ils n’étaient pas en accord avec le projet d’enfant

Et plus globalement la représentation sociale autour de la place de la mère et du père, autant de sujets évoqués par les « forumeurs » qui posent ainsi la véritable question au cœur du débat, celle de la différence des sexes au sein de la parentalité.

Le mariage gay : un sujet pour tous
L’analyse des opinions spontanées sur les trois forums étudiés nous permet donc de mieux comprendre pourquoi, dans les représentations collectives, « Le mariage gay » est un sujet « pour tous ». Un sujet qui dépasse les contours même du projet de loi et qui pose la question : comment transposer les règles sexuées (et normées) de la parentalité d’un couple naturel (homme/femme) vers un couple à mi-chemin entre la nature et la culture ? Ou en d’autres termes, qu’est-ce qu’être un père et une mère et qu’est-ce que le masculin et le féminin ?

tags: , , , , , , , , , , ,

"Best of" de l'année 2009

par Sandrine Plasseraud dans News

L’année 2009, touche à sa fin, et avant de vous fêter un excellent réveillon, voici un retour sur quelques billets que nous avons publié au cours de cette année :

  • En janvier nous parlions de la croissance phénoménale de Facebook en France et du fait qu’une personne sur 10 en France était désormais sur Facebook contre une personne sur 20 à la fin de l’année 2008. En cette fin 2009 ? Ce sont un peu plus de 14 millions de français qui y sont présents, soit près d’une personne sur 5.
  • En février, un billet très intéressant de Camille intitulé le Facteur Humain, sur le concept de « démarche conversationnelle » qui illustre très bien la problématique à laquelle les annonceurs font aujourd’hui face avec l’avénement des médias sociaux : « people are people, they’re not consumers ».
  • En avril, j’ai la chance d’assister à la Conférence Marketing 2.0 à Paris, conférence au cours de laquelle je demande à Scott Monty, Head of Social Media au sein de Ford Global, la façon dont il mesure le ROI du social media. Je vous laisse découvrir sa réponse dans ce billet.
  • En avril, Nielsen publie une étude qui confirme que les médias sociaux sont plus populaires que jamais et surtout que les internautes passent aujourd’hui plus de temps au sein des médias sociaux que sur leur email personnel. Ce qui amène une problématique intéressante dont j’ai eu l’occasion de discuter lors de la table ronde de l’EBG « What’s Hot » ce mois-ci : il y a déjà toute une population d’individus qui n’utilisent plus leurs emails – comment les cibler ? Les médias sociaux sont certainement une piste non négligeable…
  • En mai emarketer publiait une interview de Robin Grant, le DG de We Are Social, que je traduisais pour ce blog : « Social Media – Joining the Conversation », interview qui illustre notamment l’importance pour les annonceurs de mettre en place une stratégie d’écoute et de réponse au sein des médias sociaux.
  • En novembre, Camille rédige un billet intitulé « De l’impact d’un tweet négatif » : un commentaire négatif sur un réseau social aurait comme conséquence une perte de 30 clients.

Sur ce, je vous souhaite à tous un excellent réveillon et à bientôt en 2010 !

tags: , , , , , , , , , ,