La revue du lundi par We Are Social #94

par Julien Thibon dans News

Lego lance une plateforme social media pour ses fans
Rebrick, c’est son nom, est la nouvelle plateforme sociale de Lego. Elle permet aux fans de la marque d’échanger entre eux et partager les contenus publiés sur Facebook et Twitter. Loin de vouloir remplacer les sites de fans existants, bien au contraire, Lego a conçu cette plateforme avec ses fans : son nom a ainsi été choisi avec leur collaboration, une partie « communities » référence leurs sites et forums et un bookmarklet leur permet de partager tout contenu Lego externe sur la plateforme. Ainsi, Lego se dote d’un immense annuaire de contenus de marque qui servira tout autant ses fans qu’elle-même, dans sa veille des UGC notamment.

« Fabulous », un magazine publié exclusivement sur Facebook
News International expérimente un nouveau modèle de publication avec le lancement de son premier « magazine social média ». Le magazine Fabulous sera visible sur une application Facebook, qui publiera tous les jours, des articles sur la mode et la beauté exclusivement pour leurs fans Facebook. Le contenu, incluant également des playlists Spotify et une application météo qui recommande des vêtements en fonction du temps, apparaîtra dans le flux d’actualité des utilisateurs qui pourront le partager avec leurs amis sur le réseau social et sur Twitter.

Un plugin pour transformer tout site en application Open Graph
Facebook a dévoilé un nouveau plugin, la barre de recommandation. Actuellement en beta, il n’est accessible qu’aux développeurs pour le moment mais permettra prochainement à tous les utilisateurs d’intégrer sur leur site le même type de fonctionnalités que celles que l’on peut apprécier avec l’application de « social reading » du Washington Post par exemple. Dans le détail, 3 fonctionnalités principales seront disponibles :

  • Les « social recommendations » : la barre de recommandation propose de nouveaux articles à lire susceptibles d’intéresser le visiteur (selon ce que ses amis ont « liké » par exemple, ou les articles les plus populaires);
  • Un bouton « like » omniprésent : le bouton n’a plus à être attaché au contenu (au début ou à la fin de l’article par exemple), il suit l’utilisateur quel que soit son positionnement sur la page web visitée;
  • Le « social reading » : on peut activer les notifications de lecture à l’instar des applications du Washington Post, du Guardian ou de USA Today notamment.

Fifa Street mise sur son propre « social street network »
EA sports a poussé loin le développement de sa nouvelle version de Fifa Street. Au delà du gameplay et des graphismes, c’est surtout sur l’intégration d’une solide couche sociale dans le jeu que mise FIFA. Car c’est bien avec les options de partage des vidéos de ses plus belles actions, l’évaluation permanente de la progression de ses amis, leur localisation à travers le monde ou les différentes façons de communiquer avec eux que Fifa Street compte rendre ses joueurs accrocs. Des fonctionnalités sociales qui ont déjà fait leur preuve dans d’autres genres de jeux vidéos et qui ne devraient pas décevoir cette fois non plus.

La « timeline » Facebook loin de faire l’unanimité
Les chiffres sont parlants : une étude de Sophos menée sur un échantillon de 4.000 utilisateurs Facebook révèle un énorme déficit d’appréciation de la Timeline, qu’un seul utilisateur sur 10 soutiendrait. 51 % déclarent être inquiets à propos de cette nouvelle fonction, qui sera pourtant rendue obligatoire pour tous d’ici peu. Une fois de plus, ce changement crée la controverse avec de nombreuses craintes quant à la protection des données personnelles, ce que les porte-parole de Facebook nient en bloc, assurant que cette version assure les mêmes paramètres de confidentialité que la précédente. Quoi qu’il en soit, dans les prochaines semaines, tous les utilisateurs seront progressivement notifiés du passage à cette nouvelle version. Ils auront alors 7 jours pour choisir les photos, vidéos et autres publications qu’ils souhaitent voir affichés.

Facebook, Twitter et Myspace ripostent contre Google avec un add-on
Il s’appelle “Don’t be evil” (traduisez « ne faites pas le mal »). C’est l’oeuvre collective d’ingénieurs de Facebook, Twitter et Myspace en réponse aux changements que Google a apporté dans l’algorithme de son moteur de recherche. Celui-ci est accusé par ses rivaux de faire grimper dans les résultats les contenus issus de Google+ au détriment des autres. L’add-on, édité à destination des utilisateurs américains pour le moment, est disponible sur le site Focus on the user. Il « corrige » les résultats du moteur de recherche en montrant à l’utilisateur ceux qui seraient remontés naturellement avec l’ancienne version de l’algorithme. La bataille des réseaux sociaux continue, espérons tout de même que l’utilisateur en sorte gagnant.

La communauté Twitter prend parti contre LA Fitness
Après les mésaventures en ligne de McDonald’s et de ses #McDstories, c’est au tour de la chaîne de clubs de gym, LA Fitness, d’être la cible d’attaques sur Twitter. L’incident débute par la chaîne de clubs réclamant des frais d’abonnement à une femme enceinte dont le mari venait de perdre son emploi. Publiée dans une colonne réservée aux problèmes de consommateurs du Guardian, cette histoire s’est répandue sur Twitter où les utilisateurs ont dénoncé un comportement honteux et ont incité la communauté à annuler leur abonnement à LA Fitness. Ce n’est que très récemment que la chaîne a finalement abandonné ses démarches envers ce couple mais le mal semble déjà fait en termes d’e-reputation…

Une enquête ouverte sur la campagne Snickers sur Twitter
Nous vous parlions la semaine dernière du coup médiatique organisé par Snickers via le « détournement » des comptes Twitter de la modèle Katie Price et du footballeur Rio Ferdinand. On apprend cette semaine que l’ASA (Advertising Standard Authorithy) a lancé une enquête à propos de cette campagne, suite à deux plaintes. Un porte-parole de cet organisme de surveillance de la publicité a confirmé que la campagne est à l’étude pour deux infractions possibles au Code de la Publicité : la phase teasing aurait dû mentionner que cela faisait partie d’une campagne promotionnelle et lors du reveal, le hashtag #spon (pour « sponsorisé ») n’était peut être pas assez clair. Affaire à suivre.

Limite du nombre de tweets et Social CRM
L’utilisation de Twitter comme outil de relation client est de plus en plus plébiscitée par les marques. Mais initialement, ce réseau n’était pas pensé pour le CRM et il présente donc quelques défauts. Au-delà de la limite de caractères, il existe une limite du nombre de tweets. L’opérateur mobile anglais O2 a pu récemment en faire l’expérience, car sujet à une crise, il a du répondre à de nombreux tweets. Malheureusement, le volume de conversation était tel qu’il a rapidement atteint la limite autorisée et s’est retrouvé dans l’impossibilité de continuer la conversation. Après avoir demandé l’augmentation de sa limite auprès de Twitter (qui a refusé), O2 a fini par écrire un article de blog expliquant la situation. A la lecture de cette histoire et étant donnée la place de Twitter dans les dispositifs de SCRM, on peut attendre une future prise de position sur ce type de situation de la part du réseau, et d’imaginer une éventuelle solution payante permettant d’élever les limites.

De nombreux changements à venir sur Twitter
Plusieurs nouveautés sont à venir dans les prochains mois sur Twitter. On apprend grâce à ReadWriteWeb que des outils d’analyse relativement poussés sont pour bientôt. Ces outils permettront de mieux mesurer le ROI d’un tweet envoyé et seraient à priori similaires à ceux de Hootsuite et SocialFlow.
AdAge nous apprend également que le réseau social va continuer d’activer ses nouvelles pages de marques pour les sociétés qui ont dépensé plus de 25 000 $ dans ses produits publicitaires à savoir tweets sponsorisés et tendances. Elles auront donc accès au nouveau design avec des bannières plus grosses et leurs tweets sponsorisés programmés pour rester en haut de la timeline.

Une autre décision plus controversée nous est révélée par The Next Web. Twitter va désormais retirer rétroactivement du contenu pour les utilisateurs de certains pays où les lois sur la liberté d’expression sont plus contraignantes comme la Thaïlande. Twitter a justifié cette décision sur son blog sans jamais évoquer le terme de « censure », en rassurant le public sur le fait que le contenu supprimé serait identifié comme tel et qu’une explication serait disponible sur le pourquoi de sa suppression.
Enfin Twitter a annoncé, toujours sur son blog officiel que désormais les langues qui se lisent de droite à gauche seront aussi disponibles, à savoir l’Arabe, le Persan, l’Ourdou et l’Hébreu. Cette nouveauté est rendue possible grâce aux 425 000 bénévoles qui contribuent au Centre de Traduction de Twitter, et au développement de nouvelles techniques pour s’assurer du bon fonctionnement des tweets et des hashtags. Ces 4 langues seront donc ajoutées aux 22 autres déjà disponibles.

Kermit répond aux questions sur Twitter
Comme le relate le blog eConsultancy, Disney UK a mis en place une campagne originale sur Twitter pour promouvoir son nouveau film. En effet, le hashtag #AskKermit a été créé pour que les utilisateurs puissent poser toutes les questions qu’ils veulent à la célèbre grenouille, héroine du prochain Disney. Plusieurs centaines de personnes ont joué le jeu et le hashtag s’est très vite retrouvé en trending topic. Kermit a répondu a quelques-unes des questions par tweets et les plus pertinentes ont été traitées dans une vidéo.

Débat sur les réseaux sociaux et la sécurité intérieure aux Etats-Unis
Par inadvertance, il a été révélé que le FBI cherche à développer une application permettant de surveiller en temps réel les conversations publiques postées sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, Twitter et Myspace. L’objectif final affiché par le FBI étant l’identification de messages pouvant menacer la sécurité intérieure des Etats-Unis. Il est évident que les gouvernements se tournent de plus en plus vers les réseaux sociaux en ce qui concerne la sécurité de leurs pays. C’est ce qu’ont pu constater à leur dépens Van Bryan et Emily Bunting, des utilisateurs britanniques de Twitter, ayant entrepris un séjour à Los Angeles. Van Bryan a tweeté qu’il allait « détruire l’Amérique », comprenez « faire la fête » en langage familier. Nuance que n’ont pas compris les autorités. Une fois arrivés à l’aéroport de Los Angeles, ils ont été immédiatement arrêtés par des agents américains. Interrogés pendant plus de 5 heures, ils ont été libérés 12 heures plus tard, et renvoyés au Royaume-Uni. On peut ainsi s’interroger sur la manière dont le gouvernement a repéré le tweet incriminé et surtout sur la pertinence de ce type de veille si les conversations sont interprétées au premier degré.

De nouvelles fonctionnalités sociales pour Google
Outre l’intégration de Google+ dans les résultats de son moteur de recherche, Google lance d’autres fonctionnalités, toujours tournées vers une recherche plus “sociale”. Ainsi, en fin de première page de recherche, les utilisateurs vont voir apparaître une nouvelle possibilité : celle d’interroger l’un de leurs amis pour répondre à la requête posée. Reste à confirmer que l’utilisateur pourra poser la question sur tous les réseaux sociaux et pas seulement Google+ comme sur la capture d’écran ci-dessous.

Par ailleurs, Bradley Horowitz (Chef de produit Google+) a annoncé une plus grande souplesse dans la gestion de son d’identité sur Google+. Il est désormais possible d’ajouter un nom alternatif ou surnom de son choix à son nom d’utilisateur. Une meilleure gestion des recours en cas de problème avec cette identité est également mise en place. Jusqu’à présent, le réseau social était plutôt strict sur ces points et laissait peu de place à la fantaisie ou aux modifications après inscription. Le but était notamment d’éviter aux marques de créer des profils en lieu et place des pages dédiées.

4 milliards de vidéos visionnées chaque jour sur Youtube
Youtube continue d’impressionner avec des statistiques qui donnent le tournis. 4 milliards de vidéos sont vues chaque jour. 60 heures sont mises en ligne chaque minute. Le site appartenant à Google affiche une hausse du nombre de vues de 25% sur les 8 derniers mois. Une évolution qui s’explique notamment par la multiplication des supports de visionnage ne se limitant plus au simple ordinateur.

Fans de Manchester City, souriez vous êtes filmés
Durant le choc contre les Spurs de Tottenham, le club de Manchester City a pris une photo 360° en ultra haute résolution de tous les supporters puis l’a mise en ligne sur son site. Les supporters pouvaient alors la voir sur le site du club, zoomer sur eux, se tagguer et partager sur Facebook et Twitter. Le supporter le mieux habillé gagnait une place aux côtés des joueurs sur la photo officielle de la saison prochaine. Ceux qui n’étaient pas au stade avaient la possibilité de chercher les avatars de Balotelli, Aguero, Dzeko et Nasri sur la photo et de gagner un maillot dédicacé avec un vrai message personnalisé du joueur via Facebook.

Carton rouge pour la page du Bayern de Munich
L’équipe marketing du Bayern de Munich a promis le recrutement spectaculaire d’un nouveau joueur si de nombreux supporters devenaient fans de la page Facebook. En réalité, la promesse était fausse puisqu’il s’agissait à travers cette annonce d’attirer l’attention sur le lancement d’une application « The New FCB Star. » Bien évidemment beaucoup de fans se sont sentis dupés et n’ont pas manqué de le faire savoir. Après 3 heures et 5 000 commentaires furieux, le club a été obligé de s’excuser. Un bel exemple des précautions à prendre en terme de choix des mots dans sa communication sur les réseaux sociaux. La relation s’y établit sur des notions de confiance et de transparence avec lesquelles on ne joue pas sans se faire taper sur les doigts.

Si vous avez aimé ce post, pourquoi ne pas vous abonner aux infos de We Are Social par ou flux ?


tags: , , , , , , ,