La revue du lundi par We Are Social #38

par Frédéric Roginska dans News

Les stars font silence sur Twitter et Facebook pour la bonne cause
Alicia Keys, Justin Timberlake, Lady Gaga ou encore Serena Williams arrêteront de mettre à jour leurs profils sur les médias sociaux dans le cadre du World AIDS Day qui aura lieu ce mercredi 1er décembre. Cette démarche sera précédée de spots les mettant en scène dans un cercueil afin d’illustrer leur « décès digital » et ils conserveront ainsi ce silence jusqu’à ce que la somme de 1 million de dollars soit réunie en faveur de la lutte contre le VIH. Une action qui ne manquera sans doute pas d’éveiller la générosité de leurs fans.

Twitter manquerait de vision à long terme
C’est du moins ce qu’affirme son nouveau CEO. Dick Costolo, qui a remplacé Evan Williams à la tête du site de micro-blogging, a ainsi declaré :

J’essaie actuellement de définir quel est l’objectif de Twitter sur le long terme. Nous serons en mesure de répondre plus précisément à cette question dans un avenir proche.

Jack Dorsey, co-fondateur du site, a confirmé ces propos, ajoutant notamment que jusqu’à présent l’essentiel des usages de Twitter avaient été définis par les utilisateurs eux-mêmes (les hashtags par exemple).

Les #trendingtopics en question
Student Activism s’est interrogé pour sa part sur la pertinence de l’algorithme de Twitter pour la mise en avant de ses trending topics. Le site a en effet constaté que les récentes manifestations en Grande Bretagne pour protester contre le doublement des droits d’inscription à l’université ne sont jamais apparues dans les trendings topics malgré un usage conséquent du hashtag #demo2010, graphiques à l’appui. Outre l’éventualité d’un véritable défaut dans l’algorithme, il semblerait que Twitter privilégie la mise en avant des sujets traités par de multiples tweets originaux plutôt que ceux qui sont juste massivement ReTweetés, comme cela aurait été le cas pour #demo2010.

Facebook ouvre à toutes les pages ses statistiques par publication
Jusque là réservées aux pages comptant plus de 10 000 fans, les statistiques d’impressions et de feedback par statut sont désormais visibles sur toutes les pages fans. Voilà qui devrait ravir les administrateurs de pages plus modestes qui pourront désormais voir combien d’impressions leurs statuts ont obtenus et le pourcentage de personnes ayant « liké » ou commenté ceux-ci. En outre, les chiffres concernant les utilisateurs les plus actifs ne comptabiliseront plus uniquement ceux qui ont interagit avec les contenus de la page, mais tous ceux qui auront vu ces publications.

De l’importance de bien expliquer ses opérations
C’est sans doute ce que retiendra la chaîne de restaurants Chipotle après avoir lancé une promotion consistant à offrir le deuxième plat aux personnes qui auraient checked-in dans un de ses restaurant depuis Facebook Places. Simple en apparence mais visiblement pas pour tous les clients ou même les managers de la chaîne. Chipotle a en effet fait face à des clients inscrivant directement les mots « check-in » sur la page Facebook de la chaîne ou, en interne, au malentendu que l’offre ne fonctionnait que sous iPhone, au désespoir des utilisateurs d’autres OS mobiles. Un surplus d’informations à l’attention des moins technophiles ne sera donc jamais de trop, à l’instar de Flunch avec son opération sur Foursquare.

ASICS rapproche les supporters au marathon de New York
Grâce à la technologie RFID, ASICS proposait aux familles et amis de marathoniens de soutenir leurs proches lors du dernier marathon de New York, et ce quelque soit l’endroit où ils se trouvaient ! Il leur suffisait d’envoyer leurs encouragements sur le site de l’opération et ceux-ci étaient retransmis directement aux coureurs concernés durant leurs parcours. Comme le montre la vidéo ci-dessous, c’était très efficace.

Le jeu interactif de M&M’s
M&M’s a mis en place au Canada sur les médias sociaux un jeu qui consiste à retrouver Red (le M&M rouge). Utilisant Google Map, Facebook, Twitter, et Foursquare, le concours donne des indices aux utilisateurs pour les persuader de trouver d’autres indices en vrai, avec à la clef une voiture Smart pour le gagnant.

Porsche remercie des fans sur Facebook
Pour remercier ses fans qui sont maintenant plus d’un million sur  sa page Facebook, le constructeur automobile allemand vient de leur offrir un très beau film :

Porsche propose en outre aux fans Facebook qui le souhaitent de célébrer avec eux leur 1 000 000 de fans : la marque va créer un modèle unique sur lequel sera inscrit tous les noms des fans Porsche qui le souhaitent et qui sera présentée en février 2011 puis mise en avant dans leur Musée de Stuttgart.

Diaspora* distribue des invitations pour sa version alpha
Le « Facebook Killer » commence à se déployer auprès d’une base plus large d’utilisateurs et propose désormais des invitations pour sa version alpha. Si le projet paraît utile et séduisant face au géant Facebook, le blog AllFacebook doute de la réussite future du site. En effet, il nécessiterait que, d’une part, les gens se soucient de la confidentialité de leurs données et que, d’autre part, ils s’en préoccupent suffisamment pour configurer un serveur eux-mêmes afin d’y stocker leur données.

Les scores d’influence : quelles dérives possibles ?
Alors que Twitter Analytics intégrera un score d’influence, le sujet est de plus en plus discuté. Si bien que c’est devenu pour certains annonceurs une piste promotionnelle privilégiée, à l’image du Klout Score, cet indicateur qui mesure l’influence des internautes sur Facebook et Twitter. Par exemple, quitte à offrir des réductions, autant les distribuer à ceux qui ont potentiellement la plus forte visibilité en ligne (utile lorsqu’ils vanteront auprès de leur réseau les qualités de tel service ou produit). Si ce raisonnement est légitime, Mark Schaefer (directeur executif de Schaefer Marketing Solutions) s’inquiète cependant de la possibilité de voir ces scores se généraliser et ainsi déboucher à terme sur un système de castes des medias sociaux dont l’impact serait palpable dans la vie physique (via des applications de réalité augmentée par exemple). Une sorte de jeux de rôle IRL (in real life) où le “level” deviendrait l’indicateur principal gérant les relations sociales. Si le scénario peut troubler, il n’en met pas moins l’accent sur la nécessité de ne pas négliger son personal branding…

Pour quelles raisons les entreprises s’engagent-elles dans les médias sociaux ?
La semaine dernière a vu la publication de la « 2010 Social Media Benchmarking Study » dans laquelle sont évoquées 62 entreprises d’industries diverses. Ses résultats sont très clairs : 100% de ces entreprises sont impliquées sur les médias sociaux.


Ce qui est intéressant est comment on a atteint ce chiffre de 100%. Comme l’indique le tableau, la plupart des compagnies sont suffisamment intéressées par les médias sociaux pour y participer mais ont malgré tout besoin du soutien d’experts pour le réaliser de manière efficace. Malgré leur différents niveaux d’implications, ces entreprises ont toutes des objectifs similaires : générer du bouche à oreille et développer une relation avec les clients. Ces résultats coincident avec une autre étude datée de juin qui indiquait que 94% des entreprises étaient présentes sur les médias sociaux pour accroître la sensibilité à la marque et l’interaction avec elle.

Etre pertinent envers votre audience
AdAge a publié un fascinant article sur la manière dont Oreo et Blackberry utilisent Facebook et Twitter, indiquant de manière empirique que les gens sont bien plus intéressés par les mises à jours conversationnelles que purement marketing. Par exemple Blackberry qui a publié le 4 mai (journée nationale Star Wars aux USA) sur Twitter « May the 4th be with you » (May the force be with you / Que la force soit avec toi). Brian Wallace de Blackberry justifia ce tweet en pointant que « cette publication a touché plus de 150 000 personnes, 98% des posts ont été positifs, la majorité des tweets ont associé positivement la marque, et ça nous a amené une augmentation de 15% de nos abonnés »
De même, Oreo est à présent dans le top 25 des marques les plus « likées » sur Facebook avec une croissance de plus de 3 millions de fans supplémentaires le mois dernier. Les mises à jours obtiennent plus de 12 500 commentaires en moyenne, rivalisant ainsi avec Lady Gaga en terme d’engagement. Comme le démontre notre paragraphe précédent, les marques utilisent principalement les médias sociaux pour l’engagement qu’ils peuvent susciter. Rédiger des statuts qui créés la conversation et le buzz est par conséquent la voie à adopter. Ou comme le dit Brian Wallace :

Un fan Facebook n’a aucune valeur. Parvenir à faire faire quelque chose à un fan Facebook en a une.

Mitch Joel rappelle les fondamentaux
Peu de monde « like » votre page Facebook, vos vues YouTube ne décollent pas, personne ne commente votre blog, votre taux de rebond est colossal et tout ce que vous faîtes sur Twitter est répondre aux plaintes de vos clients ? Mitch Joel commente ainsi :

Les marques peuvent avoir peur des médias sociaux, mais ils font évoluer les affaires et transforment les consommateurs. Les marques sont transparentes (qu’elles le soient de leur propre initiative ou de celles de leurs clients). Trop de marques s’inquiètent de devoir gérer leur service clientèle sur les médias sociaux plutôt que de se soucier de l’origine du problème : les gens n’aiment pas automatiquement tout ce qu’on leur vend. Il est temps d’innover. Le choix est simple : utiliser ces canaux pour essayer de repousser ces hordes en colère ou utiliser ces canaux pour bâtir, connecter, partager et grandir.

D’ailleurs, si vous voulez relever le challenge, n’hésitez pas à nous laisser un message ;)

Si vous avez aimé ce post, pourquoi ne pas vous abonner aux infos de We Are Social par ou flux ?


tags: , , , , , , , , , , ,