Bienvenue sur le site de We Are Social. Nous sommes une agence conversationnelle, présente à Paris, New York, Londres, Milan, Munich, Singapour, Sydney et São Paulo. Notre vocation est d’aider les marques à écouter, comprendre et prendre part aux conversations en ligne.
Nous sommes une agence d’un genre nouveau. Les conversations entre individus ont toujours existé, mais le concept du marketing conversationnel est encore très novateur. Parmi nos clients, nous comptons notamment Moët & Chandon, Renault, BNP Paribas, Bouygues Télécom, La Banque Postale et Pernod Ricard.
Si vous souhaitez savoir comment nous pouvons vous aider, n’hésitez pas à nous appeler au 01 73 00 32 70 ou à nous envoyer un email.

#Circulagram ou la photo-conversation

par Camille Jouneaux dans News

Si vous vous tenez au courant de l’actualité artistique parisienne, vous savez peut-être que le Festival Circulation(s), le rendez-vous de la jeune photographie européenne, vient d’inaugurer sa 5è édition au renommé CentQuatre.

Événement qui célèbre notamment la démocratisation de la photo, Circulation(s) a à coeur d’intégrer les nouvelles pratiques photographiques populaires à son exposition. Le Festival nous a sollicités à ce titre en temps que partenaire et cette proposition n’a pas manqué d’émoustiller les photogeeks qui s’agitent en nous… ;)

Fidèle à notre ADN conversationnel, nous avons imaginé un dispositif permettant au public de dialoguer en photo avec les artistes via Instagram, car comme le dit fort bien Nadia Tiourtite, notre directrice de la stratégie :

La photographie a toujours été une pratique artistique génératrice d’émotions et de partage, et c’est devenu sur le digital un objet conversationnel, grâce à l’avènement des plateformes visuelles comme Instagram. Il nous paraissait donc important de donner vie à ces échanges dans le cadre de cette exposition avec un dispositif qui permet au visiteur de sortir de sa passivité, de ne plus seulement poser un regard sur les œuvres, mais de proposer et confronter le sien.

C’est ainsi que nous avons imaginé #Circulagram, le volet participatif du Festival Circulation(s) :

Sur le site circulagram.com, sont proposées 8 photos d’artistes avec lesquelles le public est invité à converser en postant une photo-réponse sur Instagram avec le hashtag #Circulagram et le hashtag de l’artiste.

circulagram_conversation_fabrice_fouillet

Exemple de dialogue entre le photographe FabriceFouillet, à gauche, et l’instagrameuse @la_dent_de_l_oeil, à droite

Ces conversations visuelles sont exposées au CentQuatre sur des tablettes où les visiteurs peuvent imprimer leurs photos préférées pour les accrocher aux côtés des œuvres des artistes. De cette manière le public devient à la fois contributeur et commissaire de l’exposition et concrétise sur place ce dialogue digital.

Quelques jours après l’ouverture de Circulation(s), déjà 80 dialogues ont pris place sur le site et au sein de l’exposition. Nous n’attendons plus que la vôtre, alors n’hésitez pas à dialoguez avec les artistes de #Circulagram. Si vous faites partie des contributeurs sélectionnés à l’issue du Festival, vous pourrez retrouver votre dialogue dans le magazine Fisheye du mois de mai, partenaire du dispositif à nos côtés.

tags: , , ,

Facebook : faut-il continuer d’investir ?

par Sandrine Plasseraud dans News

Satellinet a récemment publié une tribune que j’ai écrite et la rédaction a eu la gentillesse de nous laisser la reproduire. 

En 2012, la notion de « reach » sur Facebook a focalisé de façon positive toutes les attentions des agences et des annonceurs en devenant la nouvelle métrique qui remplaçait la notion obsolète de « nombre de fans ». Depuis, cette notion de « reach » est de nouveau au centre de l’attention, cette fois pour constater collectivement la chute du « reach organique » : avec 6 % de visibilité par post en moyenne mi-2014, les marques ont-elles encore intérêt à investir sur Facebook ?

Le reach organique moyen (nombre de personnes, fans et non fans, qui voient une publication, sans achat média) atteignait les 17 % en 2012. Depuis, il aurait chuté pour atteindre les 6 % à mi-2014. Les pages de plus de 500 000 fans seraient encore plus impactées par cette réduction puisque leur reach organique moyen serait de 2 %. 2014 aura ainsi été l’année du « reachapocalypse »… Nombreux sont ceux qui ont associé cette chute du reach fin 2012 à un stratagème cynique de la part de Facebook, après l’entrée en bourse de la plateforme en mai de la même année, puisqu’en effet, une réduction de la portée des publications encourageait les annonceurs à investir dans les formats publicitaires du réseau social.

Une évolution compréhensible
Il n’en est rien, selon Facebook, qui, dès la fin 2012 annonçait que « tout contenu [de marque] se doit d’être aussi engageant que les messages de vos amis ou de votre famille ». Cette stratégie est donc une évolution compréhensible pour compenser l’augmentation du nombre de pages dont les individus sont fans, et l’activité de ses pages, et pour ne mettre en avant que les contenus les plus intéressants pour chacun. Cependant, la question pour les annonceurs reste la même depuis plus d’un an : avec un reach organique de plus en plus faible, faut-il continuer à investir du temps sur le réseau social aux 1,3 milliard d’utilisateurs dans le monde (26 millions en France) ? La question se pose d’autant plus que certains experts n’hésitent pas à prédire à moyen terme un « reach organique zéro » sur Facebook…

Ce qui ne semble pas si irréaliste au vu du dernier communiqué de Facebook sur le sujet annonçant, le 14 novembre dernier, qu’ « à partir de janvier 2015, les gens verront moins de publications de type promotionnel dans leur fil d’Actualité […] Ceci signifie que les pages qui publient du contenu créatif promotionnel doivent s’attendre à voir leur distribution organique baisser de façon significative au fil du temps ».

Concrètement, la chute constatée du reach organique des derniers mois remet en question la stratégie des annonceurs. Pourtant, s’il faut souligner un point positif, elle a permis aux marques de comprendre qu’internet et les médias sociaux n’étaient pas gratuits. Les annonceurs ne mettraient pas un LOLcat en campagne TV, pourquoi le faisaient-ils sur Facebook ? Car si cette tactique augmentait certes leur taux d’engagement, qu’est-ce que ce genre de publications racontait à propos de la marque ?

Miser sur la qualité
Face à ce nouveau paradigme de la communication sur Facebook, les marques se doivent désormais de passer plus de temps sur des publications à forte valeur ajoutée qui résonneront auprès de leur communauté, et compléter leur stratégie par des campagnes d’achat média.

Partant de ce constat qu’il faut désormais investir en média pour combattre le futur « reach zéro », faut-il, en tant qu’annonceur, continuer à investir le plus grand réseau social au monde, en 2015 et au-delà ? Facebook doit il continuer à être votre principal terrain de jeu social et digital ? Ou faut-il imiter la chaîne de restauration américaine EAT24 qui, en mars 2014, écrivait sa “breakup letter” à Facebook, proclamant que Facebook avait bien changé et que de nos jours, le réseau ne faisait que hurler aux marques « PROMOTE THIS POST ! GET MORE FRIENDS ! » ?

En réalité, la question de quitter Facebook ou pas est un faux débat. Facebook a certes baissé son reach organique mais c’est compréhensible : alors qu’un individu était fan de 4 à 5 pages en 2009, ce dernier était fan d’une quarantaine de pages en moyenne en France en 2014 (70 aux US). Chaque page publiant potentiellement un post par jour, cela signifie qu’il est exposé à… 1 200 statuts par mois. Il est submergé et ne peut pas tout lire. Alors, quel est le débat ? Le débat est celui du duo gagnant « contenu social + achat média » : de la production de contenus de haute qualité qui va divertir, nourrir, enrichir le quotidien de vos fans, sans l’interrompre, et ainsi vous permettre d’émerger, via de l’achat média, sur des plateformes sociales devenues encombrées car vous n’êtes plus la seule marque à vouloir parler à vos clients.

Les autres plateformes bientôt impactées à leur tour
Faut-il continuer à investir sur Facebook ? Oui, car, ne l’oublions pas, la plateforme constitue le plus grand carrefour d’audience au monde et elle offre des possibilités de micro-ciblage incroyable. Par ailleurs, on parle de la baisse du reach organique de chaque post, chose indéniable, mais pensez à votre reach mensuel organique. En réalité, calculez le reach organique mensuel de votre page et de vos publications : vous verrez qu’en mensuel, Facebook vous permet de toucher un nombre de fans et de non fans beaucoup plus important que vous ne le pensiez.

En 2015, pensez “valeur” et “utilité” pour votre communauté ! Proposez-lui du contenu intéressant, certainement en plus petite quantité, mais de meilleure qualité et de façon non interruptive. Et ne pensez pas achat média pour faire uniquement des impressions, mais aussi et surtout pour amplifier les conversations générées par vos contenus. Ne quittez pas Facebook pour cette problématique de reach car celle-ci impactera bientôt toutes les autres plateformes sociales au fur et à mesure que ces dernières prendront en maturité et en population. Et enfin, ne pensez pas à Facebook comme un canal indépendant, mais intégrez-le, ainsi que tous les autres canaux sociaux, au cœur de votre stratégie de marque. Pensez interactions et conversation, pensez social ! »

La revue du lundi par We Are Social #244

par Julien Santucci dans News

Facebook et les publicités ultra-ciblées pour le Super Bowl

Cette année, le Super Bowl va servir de terrain d’essai pour les publicités ultra-ciblées. En effet, Facebook segmentera les cibles de manière très précise. Ainsi, la segmentation «Big Game» qui sera utilisée pour générer de la conversation en temps réel, comprend les fans du Super Bowl, des commentateurs sportifs et ceux qui ont récemment acheté une nouvelle télé. Les marques pourront également modifier leurs messages en fonction du résultat et parler différemment aux fans de l’équipe gagnante et ceux de l’équipe perdante.

Twitter lance “While you were away” pour son application iOS
Annoncée en novembre, Twitter déroule aujourd’hui une nouvelle fonction “While you were away” sur son application iOS. Traduit littéralement en France, la fonction « pendant votre absence » permet aux utilisateurs d’accéder directement à un récapitulatif des derniers tweets et événements populaires au sein de leur réseau depuis leur dernière connexion.

Twitter s’associe à Bing pour la traduction de tweets
Twitter vient d’ajouter une fonctionnalité de traduction de tweet sur le web ainsi que sur ses applications tierces (TweetDeck ainsi que ses applications mobiles). Via le moteur de traduction de Bing, il sera possible d’afficher les tweets dans pas moins de 40 langues. Après un essai manqué dans ce domaine l’année dernière, Twitter semble avoir corrigé le tir, mais prévient tout de même ses utilisateurs sur la nature parfois imprécise des traductions proposées.

Journée Martin Luther King : quelle légitimité pour les marques ?
Le 19 janvier, les États-Unis célébraient la Journée Martin Luther King. Plusieurs marques américaines ont profité de cet événement historique pour s’exprimer sur les réseaux sociaux. Malheureusement, certaines d’entre elles n’étaient pas réellement légitimes dans cette prise de parole. On vous laisse en juger par vous-même :

Une banque indienne propose le versement d’argent via Twitter
La banque indienne ICICI a lancé un nouveau service, “icicibankpay”, qui permet à ses clients de réaliser des transferts d’argent directement sur Twitter. Les clients auront simplement besoin de suivre le compte de la banque et d’envoyer un message privé en précisant le nom du bénéficiaire et le montant du transfert. ICICI est la deuxième banque à développer ce genre de service, à l’instar du groupe BPCE en France l’année dernière. Avec plus d’1,2 milliards d’habitants, le taux d’équipement en smartphone ne cesse d’augmenter en Inde notamment grâce à la vente de produits abordables comme le Motorola Moto G. L’année dernière, 185 millions de personnes se sont connectées à Internet via un mobile.

L’Oréal cherche son prochain make-up designer parmi les anonymes
L’Oréal Paris lance un concours international sur les réseaux sociaux : #thebrushcontest. Le but est simple, trouver le prochain Makeup Designer de la marque. Après avoir observé la capacité de certaines youtubeuses à se perfectionner en matière de beauté et maitriser les réseaux comme personne, ils ont décidé de recruter dans ce vivier. Pour participer, il faut publier un tutoriel beauté de quelques minutes puis passer par un vote du public, lors d’une finale nationale (12 pays participent) puis une grande finale internationale. Le jury est composé de professionnels de chez L’Oréal et d’influenceurs. A la clé, un contrat d’expert maquillage de 100 000 €.

Les pères mis à l’honneur par Nissan
La marque japonaise a récemment diffusé quelques indices concernant sa campagne pour le Super Bowl au travers d’une série de vidéos, consacrée aux papas, et intitulée #withdad. De célèbres Youtubers sont mis en scène autour de la problématique suivante : comment ces pères occupés peuvent maintenir l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur famille ? Également mise en avant par Toyota et Dove Man-Care, la paternité a le potentiel pour être, cette année, un sujet clé des campagnes du Super Bowl.

Tumblr lance son agence créative
Grande, jeune, sociale – voici les adjectifs mélioratifs qui pourraient qualifier l’audience de Tumblr. Le potentiel est immense mais les publicitaires ont encore du mal à tirer avantage du réseau social. Celui-ci semble avoir trouvé la solution en lançant sa propre agence créative Creatrs Network. Cette dernière mettra en relation les blogueurs influents et les marques qui souhaiteront utiliser leurs contenus. Le bénéfice est évident pour les deux parties. D’un côté, Les artistes élargiront leur réseau, leur visibilité et profiteront de royalties sur l’utilisation de leurs oeuvres. De l’autre, les marques bénéficieront de contenus engageants, originaux et de qualité. AT&T, Universal ou Gap en ont déjà fait l’expérience. Que du bonus pour Tumblr, qui synchronisera la promotion de ce contenu sur sa plateforme, ainsi que sur d’autres comme Yahoo, Facebook ou Instagram…

La NBC vise le Guinness World Record
Diffuseur du Super Bowl cette année, la NBC, célèbre chaîne de télévision américaine, a mis en place une stratégie social média centrée sur les selfies. La NBC a ainsi crée un Tumblr « Super Bowl XLIX ». Pour promouvoir ce lancement, une vidéo « trick shot » a été réalisée avec le YouTubeur « Dude Perfect ». L’objectif de la NBC est ainsi de battre le record du monde du plus grand nombre de selfies pris en une heure. Le record actuel est de 657 selfies en une heure par une seule personne.

Pinterest rachète Kosei pour améliorer son offre média
Le réseau social vient d’acquérir la start-up Kosei, spécialisée dans le ciblage publicitaire fondé sur les relations et les recommandations. Cette opération confirme la volonté de Pinterest de renforcer sa position auprès des annonceurs avec une offre publicitaire plus puissante et plus ciblée. Si le réseau social fédère de nombreux utilisateurs, il peine encore à convaincre les marques d’investir sur la plateforme. 2015 annonce un tournant pour Pinterest qui prévoit de nouveaux produits, à suivre de près !

Pinterest lance de nouveaux filtres de recherche
À la recherche d’une cible plus masculine, Pinterest a annoncé une nouveauté dans ses paramètres de recherche, qui permet d’avoir des résultats personnalisés en fonction de son sexe. La plateforme étant majoritairement féminine, ce filtre permettrait ainsi de réduire le bruit dans les recherches, et d’apporter de la précision dans les pins proposés. Cette option peut être activée ou désactivée à tout moment.

Snapchat va créer ses propres contenus
Une nouvelle fonctionnalité de curation d’information sera lancée d’ici la fin du mois sur la plateforme. Discover, en partenariat avec des médias type CNN, ESNP ou Vice, proposera aux utilisateurs des vidéos et photos éphémères dans leur fil d’actualité. Il se pourrait aussi que Snapchat produise son propre contenu. Une équipe éditoriale serait en train d’être constituée, à en croire les récents recrutements (journalistes, présentateurs, réalisateurs…). Le succès de Stories a démontré l’an passé le potentiel de Snapchat en matière d’information.

WeChat teste des formats publicitaires dans les fils d’actualité
Jusqu’à présent, le réseau social chinois WeChat a été prudent en ce qui concerne l’introduction des publicités sur sa plateforme afin de préserver l’expérience utilisateur. Cependant, le service commence à tester des formats publicitaires sur la fonctionnalité « Moments », l’équivalent du News Feed de Facebook, tout en indiquant clairement les posts sponsorisés afin de rester transparent sur le sujet.

WhatsApp est maintenant disponible sur le web
À l’instar de WeChat, le service de messagerie instantanée WhatsApp a décidé de s’implanter sur le web. Pour l’instant limité au navigateur Google Chrome, le service Web n’est pas, à ce jour, compatible avec iOS. Cette dernière limitation serait due aux restrictions du système d’exploitation d’Apple.

Digital, social, mobile : les chiffres 2015

par Simon Kemp dans News

2014 fut une année charnière dans la croissance du digital et notre rapport “Digital, Social and Mobile 2015” tend à montrer que les chiffres seront encore plus incroyables.

Incluant des chiffres de plus de 240 pays autour du monde et profilant en détails 30 des plus grandes économies mondiales, ce rapport est le plus complet recueil de statistiques à jour et gratuit que vous pourrez trouver.

Alors que nous révèlent ces 375 pages ?

Les grandes lignes

Comme nous l’avons vu dans notre série de rapports “Digital Statshots”, le mobile domine de plus en plus le monde digital et nous sommes sûrs que le “always on” progressera à un rythme encore plus soutenu en 2015, alors que les téléphones se font moins chers et la data bon marché est de plus en plus répondue.

De plus, avec des services orientés mobiles comme WhatsApp, WeChat et Facebook Messenger atteignant les premières marches du podium social media au sein des plus grandes économies mondiales, il est clair que nos comportements digitaux sotn de plus en plus tournés vers les devices mobiles.
En nous basant sur les tendances dégagées par ces données, on s’attend à ce que le mobile favorise le taux de pénétration d’internet. On peut prévoir que le cap des 50% de la population mondiale connectée sera atteint au second semestre 2016.

Avant cela, cependant, on s’attend à ce que le taux de pénétration du social media atteigne un tiers de la population mondiale – probablement à fin 2015 – avec une croissance majoritairement due aux nouveaux utilisateurs de pays en voie de développement.

Contexte : 12 mois d’une formidable croissance
Le monde digital a franchi des étapes importantes en 2014 :

  • Le nombre d’utilisateurs social media dans le monde a dépassé les 2 milliards au mois d’août
  • Le taux pénétration du mobile dans le monde a franchi le cap des 50% en septembre
  • Nous sommes 3 milliards d’internautes dans le monde depuis début novembre
  • Le nombre de forfaits mobiles est devenu plus important que la population mondiale le mois dernier.

De façon assez palpitante, les chiffres de notre nouveau rapport 2015 suggèrent que cette croissance ne montre aucun signe de ralentissement à venir prochainement :

Le rapport Slideshare ci-dessus est une formidable source de données et de graphiques, conçus pour être copies-collés facilement dans vos présentations, mais vous trouverez ci-dessous des insights supplémentaires sur ces chiffres.

Internet
Près de 42% de la population mondiale a accès à internet en janvier 2015, ce qui représente un bond significatif en comparaison des chiffres de l’année passée, qui indiquaient alors 35% pour la même donnée :

Notre analyse de ces chiffres montre que cette « croissance » serait due à des reportings de data plus précis et réguliers, plus qu’à une véritable augmentation de l’accès, mais il y a peu de doutes quant au fait que des millions de nouveaux utilisateurs accèderont à internet dans les 12 prochains mois – et très certainement en majorité depuis leur téléphone mobile.

Comme nous l’avons rapporté début novembre, plus de 3 millions de personnes autour du monde ont désormais accès à Internet à travers une variété de différents devices. Cependant, cet accès n’est pas également distribué : le nombre d’internautes aux Bermudes, au Barhain et en Islande est presque égal à la population de ces pays, alors que moins de 0,1% des populations de la Corée du Nord et du Soudan du Sud ont accès à Internet.

La vitesse de connexion varie également de façon significative dans le monde, d’une moyenne de 25 Mbit/s en Corée du Sud à presque 2 Mbit/s en Inde. Hong-Kong, le Japon, Singapour et les USA constituent les 5 nations avec les accès les plus rapides après la Corée du Sud. Chacun de ces pays offrent des connexions à plus de 10 Mbit/s, loin devant la moyenne mondiale de 4,5 Mbit/s.

La moyenne de temps passé en ligne par internaute se situe autour des 4 heures et 25 minutes par jour, avec l’Asie du Sud-Est enregistrant le score le plus élevé. Les recherches menées par GlobalWebIndex montrent que les internautes philippins passent plus de 6 heures par jour en ligne, et que les Thaïlandais, Vietnamiens, Indonésiens et Malaisiens atteignent des moyennes qui dépassent les 5 heures par jour :

Internet Mobile
La part du trafic Internet provenant du mobile a connu une croissance de 39% par rapport à l’année dernière, avec un tiers des pages web visitées depuis des téléphones mobiles :

Cependant, la part mobile du trafic web varie considérablement d’un pays à l’autre : le mobile représente 89% des pages visitées en Papouasie Nouvelle Guinée, versus environ 0,1% des pages visitées depuis mobile pour les plus petites îles des Caraïbes.

Il est également important de souligner que le trafic web de l’Inde est dominé par les devices mobiles. Les téléphones représentant à eux seuls 72% des pages web visitées dans le second pays le plus peuplé du monde :

La bonne nouvelle, c’est que le potentiel d’accès à un internet mobile plus rapide a cru de façon exponentielle l’année dernière, avec 39% des forfaits maintenant considérés comme haut débit (à savoir 3G ou 4G) dans le monde :

Social Media :
Le social media poursuit sa croissance rapide autour du monde également, avec un nombre de comptes actifs équivalent à 29% de la population mondiale.

Le cumul d’utilisateurs actifs mensuels pour le réseau social le plus actif dans chaque pays atteint presque les 2,08 milliards – une progression de 12% depuis janvier 2014 :

En parallèle, l’étude menée par GlobalWebIndex suggère que le temps moyen passé par utilisateur sur les médias sociaux est de 2 heures 25 minutes par jour ; les utilisateurs argentins et les philippins étant les plus actifs, avec plus de 4 heures passées par jour :

Facebook continue de dominer le paysage social media à l’international, se targuant d’1,366 milliards d’utilisateurs actifs en janvier 2015. Fait important : 1,133 milliards des utilisateurs de la plateforme dans le monde – 83% de l’ensemble – accèdent désormais au service depuis leurs devices mobiles.

Dans le même temps, Tencent a renforcé sa position dominante parmi les réseaux sociaux en langue chinoise, avec Qzone en tête qui compte 629 millions de comptes actifs. Cependant, nos analyses indiquent qu’un certain nombre d’utilisateurs de la plateforme possède plus d’un compte, il se peut donc que ces chiffres ne soient pas une base fiable pour un calcul d’un taux de pénétration social media.

VKontakte se trouve en tête du podium de la Russie et d’une poignée de ses voisins, bien qu’il soit difficile d’obtenir un chiffre fiable pour le nombre d’utilisateurs actifs par mois. Les derniers chiffres montrent que la plateforme possède environ 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, dont les deux tiers seraient localisés en Russie.

Social Mobile :
Comme nous l’avons vu ci-dessus, l’usage des réseaux sociaux comme Facebook sur mobile continue de croître dans le monde entier. Si l’on cumule le nombre d’utilisateurs mobiles du réseau social le plus populaire de chaque pays, on ne dénombre pas moins de 1,65 milliards de comptes mobiles actifs en janvier 2015 :

En parallèle, les services de messagerie instantanée et les applications de chat poursuivent leur impressionnante croissance, avec WhatsApp, WeChat, Facebook Messenger et Viber déclarant tous plus de 100 millions de nouveaux utilisateurs actifs par mois au cours de 12 derniers mois.

Les services de messagerie instantanée et les applications de chat comptent désormais pour 3 des 5 plateformes sociales les plus populaires au monde et 8 marques de messageries instantanées déclarent avoir plus de 100 millions d’utilisateurs actifs mensuels :

Comme pour plusieurs autres domaines explorés dans ce rapport, la majeure partie de cette augmentation est alimentée par l’importante croissance des appareils mobiles dans la vie quotidienne des gens, et il semblerait que cette tendance s’accélère en 2015.

Devices mobiles :
Les utilisateurs mobiles uniques ont dépassé les 50% de la population mondiale en septembre 2014, et les actuels 5% de taux de croissance par rapport à l’année précédente suggèrent que nous verrons arriver 200 millions de nouveaux utilisateurs mobiles au cours des 12 prochains mois.

GSMA Intelligence et Ericsson évoquent chacun plus 7 millions de forfaits mobiles actifs, mais il est important de noter qu’en moyenne dans le monde un utilisateur mobile possède 2 forfaits actifs.

Les smartphones représentent une proportion majeure et croissante dans les usages mobiles, avec Ericsson indiquant que ces devices constituent une part de 38% des forfaits mobiles actifs dans le monde :

Près de 4 forfaits mobiles sur 10 dans le monde sont désormais considérés comme haut débit – c’est-à-dire 3G ou mieux – mais comme dans d’autres aspects de ce rapport, la vitesse d’échange de données sur mobile varie énormément entre les pays :

Les rapports suggèrent que tous les forfaits mobiles de la Corée du Nord sont 3G ou plus, bien que ceci doit être relativisé par le fait qu’Internet – ou tout du moins Internet tel que nous le connaissons dans le reste du monde – n’est pas accessible pour le citoyen moyen du pays. Cependant, avec une pénétration à 11% – soit 65% de plus que l’année dernière à la même période – on peut être optimiste quant à l’usage du mobile en Corée du Nord.

Comme pour les connexions Internet fixes, la Corée du Sud est encore bien loin devant le reste du monde quand il s’agit de la vitesse de connexion mobile. Les opérateurs mobiles du pays proposent une connexion moyenne à 18,2Mbit/s, le double de certains pays.

Singapour et le Royaume-Uni arrivent ensuite avec, respectivement, 9,1 Mbit/s et 8,1 Mbit/s. L’Inde, le Brésil et l’Argentine quant à eux délivrent des connexions à moins de 2 Mbit/s, tandis que le Vietnam offre la connexion mobile moyenne la plus lente dans le rapport de cette année, à 1,1 Mbit/s à peine.

Malgré ces connexions lentes, les chiffres indiqués par Ericsson dans son dernier Mobility Report suggèrent que la consommation moyenne de data sur mobile se situe aux alentours de 900 Mb de données par mois, avec un trafic de données mensuel à l’international approchant les 3 exabits – soit 3 milliards de gigabits.

Cependant, plus des 3/4 des forfaits mobiles dans le monde sont toujours des forfaits pré-payés, et les coûts nécessaires à l’acquisition d’un téléphone assorti d’un forfait mobile représentent toujours une proportion significative des dépenses des ménages dans de nombreux pays en développement.

En conséquence, les producteurs de contenus et les marketers doivent trouver un équilibre pour délivrer des expériences utilisateurs “rich”, comme de la vidéo en ligne par exemple, avec les coûts probables que cela engendre pour leur audience.

De plus, 58% des forfaits mobiles dans le monde sont associés à des téléphones basiques, “de fonction”, ce qui signifie que beaucoup de gens seront incapables d’accéder à un tel contenu même s’ils le voulaient.

A l’autre extrême de ce paysage mobile, l’utilisation des tablettes fut en constante progression en 2014, avec 7% des pages visitées le mois dernier depuis ce type de device.

En négatif de cette tendance, la part des ordinateurs dans le trafic web a décliné de 13% par rapport à la même période l’année dernière, et représente désormais 62% des pages visitées :

Shopping en ligne :
Grâce aux intéressantes données de GlobalWebIndex, nous sommes ravis de pouvoir inclure dans notre rapport de cette année des chiffres détaillés sur le shopping en ligne pour la plupart des pays.

Le Royaume-Uni ouvre la marche en terme d’utilisateurs e-commerce actifs, avec des données qui indiquent que les deux tiers de la population du pays ont acheté en ligne ce dernier mois. L’Allemagne et la Corée du Sud suivent de près à 63% et 62% respectivement, tandis que les USA arrivent en 4è position à 56%.

L’Asie du Sud et du Sud-Est est en revanche à la traîne quant il s’agit d’e-commerce : les données indiquent qu’à peine 14% des Indiens ont acheté en ligne le mois dernier. De façon similaire, moins d’un Thaïlandais et d’un Philippins sur cinq ont utilisé un service e-commerce sur les 30 derniers jours :

Le commerce mobile prend son élan dans le monde entier cependant, particulièrement en Asie de l’Est où 37% des Sud-Coréens ont acheté en ligne sur mobile le mois dernier.

Les Chinois sont également de plus en plus actifs en tant qu’acheteurs en ligne, avec 27% de la population qui a effectué un achat en ligne depuis leur telephone ces 30 derniers jours.

Les pays profilés en détails
Vous trouverez également un profilage approfondi des 30 économies les plus importantes, sur le même modèle que le profilage de la Chine que vous découvrez en bas de ce post. Voici une liste des pays concernés :

Et après ?
Si vous avez envie d’explorer en détail les données d’un pays en particulier, vous pouvez télécharger le rapport complet gratuitement en cliquant ici. Quant à nos rapports des années précédentes, ils sont tous disponibles ici mais c’est sans doute notre rapport 2014 qui vous sera le plus utile.

Pour conclure, nous vous proposons de découvrir le profilage digital, social et mobile de la Chine :

tags: , , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #243

par Amy Steel dans News

Facebook at Work : le réseau social arrive au boulot
Facebook lance Facebook at Work et décline son service pour permettre aux organisations de se doter d’un réseau social d’entreprise. Avec cette initiative, Facebook se positionne en concurrent direct de nombreux éditeurs de réseaux sociaux d’entreprise tels que Microsoft ou LinkedIn. Cette nouveauté permet de créer un compte séparé, pour bien dissocier vie professionnelle et personnelle. Seuls les collègues accèdent aux contenus partagés via « Facebook at Work ». Encore en version bêta, de nombreuses questions restent en suspens : quel sera le business model du produit ? Le service sera-t-il payant ou financé par des publicités ? Affaire à suivre…

Google rattrape Facebook sur les connexions sociales
D’après une dernière étude menée par Janrain, Google cumule 40 % de l’ensemble des connexions sociales sur le quatrième trimestre de 2014 ! Une performance qui le rapproche un peu plus du leader Facebook qui rassemble de son côté 43 % des connexions sociales.

Google intègre les liens sociaux des marques dans leur Knowledge Graph
Google affine sa recherche toujours un peu plus et aujourd’hui, il recense les différents réseaux sociaux des marques dans le Knowledge Graph. Cette fonctionnalité était déjà implémentée pour les célébrités et s’étendra désormais aux marques. A noter : Google ne liste pas son propre réseau social en premier mais affiche les dernières publications Google+ en dessous des liens.

Facebook vous connaît mieux que votre propre mère !
Enfin presque, car cela dépend simplement du nombre de « Likes » que l’on veut bien lui fournir. Une récente étude publiée dans le PNAS Journal, réalisée conjointement par des chercheurs de l’université de Cambridge et de Standford, démontre la faculté d’un nouvel algorithme à déterminer notre profil psychologique en fonction de nos « Likes » Facebook. Les conclusions de cette étude sont partagées – cet algorithme pourrait aider les personnes à prendre des décisions plus rationnelles – mais ces résultats soulèvent aussi des questions d’éthique et de protection des données personnelles.

750 000 dollars la publicité sur Snapchat !
Cette somme spectaculaire correspond au montant minimum à débourser par jour pour diffuser une publicité sur Snapchat. La stratégie du réseau social est claire, sélectionner un panel restreint d’annonceurs prêt à consacrer un important budget publicitaire, on compte déjà McDonald’s, Samsung ou encore Electronic. La force du réseau se traduit par ses 100 millions d’utilisateurs ainsi que ses dizaines de millions de vues générées. Toutefois, Snapchat ne fournit à ses annonceurs aucun outil de suivi significatif, impossible donc de connaître la démographie de ses internautes.

Facebook et YouTube en compétition pour le dernier trailer d’Avengers
Marvel a dévoilé la semaine dernière le trailer du dernier Avengers, à la fois sur Facebook et sur YouTube, l’occasion de comparer les deux plateformes. Diffusée à l’occasion de la finale d’un grand tournoi de football, la bande annonce comptait plus d’un million de vues sur Facebook une heure après sa diffusion, plus que sur YouTube. En 24 heures, le trailer comptait plus de 12 millions de vues au total. Mais aujourd’hui, c’est YouTube qui est en tête avec 7,5 millions de vues, comparé à Facebook qui en compte 5,4 millions. Si Facebook bénéficie de plus de succès lors d’évènements live, YouTube reste encore la plateforme vidéo privilégiée par les marques.

Une aventure dont vous êtes le héros sur Twitter
Vous avez tous sûrement déjà lu un de ces livres interactifs à choix multiples. La mécanique vient de voir le jour sur Twitter et débute sur ce compte @wnd_hope. À chaque tweet, deux choix s’offrent à l’utilisateur, le redirigeant vers deux autres comptes Twitter et ainsi de suite. Une aventure textuelle originale pour promouvoir la sortie du livre « There is always hope ». Il y a fort à parier que de nombreuses marques reprendront cette mécanique interactive pour raconter de belles histoires…
Tentez l’aventure :

Buffalo Wild Wings commente vos tweets sportifs
Même sans être un annonceur du Superbowl, Buffalo Wild Wings a trouvé le moyen de participer aux conversations des fans. La marque a en effet demandé à ses followers de tweeter à propos des playoffs NFL avec le hashtag #BWWPostGame afin de voir leurs tweets commentés par des professionnels. En quelques jours seulement, la vidéo ci-dessous a déjà été visionnée 260 000 fois sur Facebook. Un beau pied de nez aux 4,5 millions de dollars nécessaires pour diffuser un spot de 30 secondes pendant le Superbowl.

5 mots pour rater un premier rendez-vous vu par les marques

La twittosphère s’est récemment amusée autour du trending hashtag #FiveWordsToRuinADate pour décrire en 5 mots ce qui pour eux correspond au pire scénario d’un premier rendez-vous. Des marques comme Sony, Legacy Recordings et Pizza Express ont également pris part à la conversation avec des réponses amusantes dont voici quelques exemples.  

Les grands gagnants des playoffs universitaires de football américain
Il semblerait que la plupart des marques aient raté une sacrée opportunité de prendre la parole lundi dernier lors des tout premiers playoffs universitaires de l’histoire. Habituellement un univers sur lequel les marques peuvent laisser libre cours à leur imagination, le sport et plus particulièrement cet événement, qui était pourtant annoncé comme étant « the New Big Game », ne semble pas en avoir inspiré beaucoup. Mention spéciale pour Butterfinger (Nestlé) et Arby’s qui, grâce à leurs réactions en temps-réel nous ont bien fait sourire.


YouTube revisite la mi-temps du Super Bowl
L’évènement sportif le plus regardé au monde sera diffusé le 1er février prochain. Cette année, YouTube proposera son propre spectacle de mi-temps. La plateforme vidéo mise sur les vloggers pour valoriser la création et le potentiel de sa plateforme. Les vloggers retenus pour cette collaboration possèdent une audience cumulée de 60 millions de personnes. Au programme ? Vidéos parodiques des publicités du Superbowl, stunts et performances musicales. Le show sera en concurrence face à Katy Perry et Lenny Kravitz qui investiront le petit écran. Les publicités du Super Bowl l’an passé ont été visionnées volontairement par les internautes 6,3 millions d’heures durant. Youtube démontrera, une fois de plus, aux annonceurs le pouvoir publicitaire qu’offre sa plateforme.

tags: , , , , ,