Bienvenue sur le site de We Are Social. Nous sommes une agence conversationnelle, présente à Paris, New York, Londres, Milan, Munich, Singapour, Sydney et São Paulo. Notre vocation est d’aider les marques à écouter, comprendre et prendre part aux conversations en ligne.
Nous sommes une agence d’un genre nouveau. Les conversations entre individus ont toujours existé, mais le concept du marketing conversationnel est encore très novateur. Parmi nos clients, nous comptons notamment Moët & Chandon, Renault, BNP Paribas, Bouygues Télécom, La Banque Postale et Pernod Ricard.
Si vous souhaitez savoir comment nous pouvons vous aider, n’hésitez pas à nous appeler au 01 73 00 32 70 ou à nous envoyer un email.

Digital, social, mobile : les chiffres 2015

par Simon Kemp dans News

2014 fut une année charnière dans la croissance du digital et notre rapport “Digital, Social and Mobile 2015” tend à montrer que les chiffres seront encore plus incroyables.

Incluant des chiffres de plus de 240 pays autour du monde et profilant en détails 30 des plus grandes économies mondiales, ce rapport est le plus complet recueil de statistiques à jour et gratuit que vous pourrez trouver.

Alors que nous révèlent ces 375 pages ?

Les grandes lignes

Comme nous l’avons vu dans notre série de rapports “Digital Statshots”, le mobile domine de plus en plus le monde digital et nous sommes sûrs que le “always on” progressera à un rythme encore plus soutenu en 2015, alors que les téléphones se font moins chers et la data bon marché est de plus en plus répondue.

De plus, avec des services orientés mobiles comme WhatsApp, WeChat et Facebook Messenger atteignant les premières marches du podium social media au sein des plus grandes économies mondiales, il est clair que nos comportements digitaux sotn de plus en plus tournés vers les devices mobiles.
En nous basant sur les tendances dégagées par ces données, on s’attend à ce que le mobile favorise le taux de pénétration d’internet. On peut prévoir que le cap des 50% de la population mondiale connectée sera atteint au second semestre 2016.

Avant cela, cependant, on s’attend à ce que le taux de pénétration du social media atteigne un tiers de la population mondiale – probablement à fin 2015 – avec une croissance majoritairement due aux nouveaux utilisateurs de pays en voie de développement.

Contexte : 12 mois d’une formidable croissance
Le monde digital a franchi des étapes importantes en 2014 :

  • Le nombre d’utilisateurs social media dans le monde a dépassé les 2 milliards au mois d’août
  • Le taux pénétration du mobile dans le monde a franchi le cap des 50% en septembre
  • Nous sommes 3 milliards d’internautes dans le monde depuis début novembre
  • Le nombre de forfaits mobiles est devenu plus important que la population mondiale le mois dernier.

De façon assez palpitante, les chiffres de notre nouveau rapport 2015 suggèrent que cette croissance ne montre aucun signe de ralentissement à venir prochainement :

Le rapport Slideshare ci-dessus est une formidable source de données et de graphiques, conçus pour être copies-collés facilement dans vos présentations, mais vous trouverez ci-dessous des insights supplémentaires sur ces chiffres.

Internet
Près de 42% de la population mondiale a accès à internet en janvier 2015, ce qui représente un bond significatif en comparaison des chiffres de l’année passée, qui indiquaient alors 35% pour la même donnée :

Notre analyse de ces chiffres montre que cette « croissance » serait due à des reportings de data plus précis et réguliers, plus qu’à une véritable augmentation de l’accès, mais il y a peu de doutes quant au fait que des millions de nouveaux utilisateurs accèderont à internet dans les 12 prochains mois – et très certainement en majorité depuis leur téléphone mobile.

Comme nous l’avons rapporté début novembre, plus de 3 millions de personnes autour du monde ont désormais accès à Internet à travers une variété de différents devices. Cependant, cet accès n’est pas également distribué : le nombre d’internautes aux Bermudes, au Barhain et en Islande est presque égal à la population de ces pays, alors que moins de 0,1% des populations de la Corée du Nord et du Soudan du Sud ont accès à Internet.

La vitesse de connexion varie également de façon significative dans le monde, d’une moyenne de 25 Mbit/s en Corée du Sud à presque 2 Mbit/s en Inde. Hong-Kong, le Japon, Singapour et les USA constituent les 5 nations avec les accès les plus rapides après la Corée du Sud. Chacun de ces pays offrent des connexions à plus de 10 Mbit/s, loin devant la moyenne mondiale de 4,5 Mbit/s.

La moyenne de temps passé en ligne par internaute se situe autour des 4 heures et 25 minutes par jour, avec l’Asie du Sud-Est enregistrant le score le plus élevé. Les recherches menées par GlobalWebIndex montrent que les internautes philippins passent plus de 6 heures par jour en ligne, et que les Thaïlandais, Vietnamiens, Indonésiens et Malaisiens atteignent des moyennes qui dépassent les 5 heures par jour :

Internet Mobile
La part du trafic Internet provenant du mobile a connu une croissance de 39% par rapport à l’année dernière, avec un tiers des pages web visitées depuis des téléphones mobiles :

Cependant, la part mobile du trafic web varie considérablement d’un pays à l’autre : le mobile représente 89% des pages visitées en Papouasie Nouvelle Guinée, versus environ 0,1% des pages visitées depuis mobile pour les plus petites îles des Caraïbes.

Il est également important de souligner que le trafic web de l’Inde est dominé par les devices mobiles. Les téléphones représentant à eux seuls 72% des pages web visitées dans le second pays le plus peuplé du monde :

La bonne nouvelle, c’est que le potentiel d’accès à un internet mobile plus rapide a cru de façon exponentielle l’année dernière, avec 39% des forfaits maintenant considérés comme haut débit (à savoir 3G ou 4G) dans le monde :

Social Media :
Le social media poursuit sa croissance rapide autour du monde également, avec un nombre de comptes actifs équivalent à 29% de la population mondiale.

Le cumul d’utilisateurs actifs mensuels pour le réseau social le plus actif dans chaque pays atteint presque les 2,08 milliards – une progression de 12% depuis janvier 2014 :

En parallèle, l’étude menée par GlobalWebIndex suggère que le temps moyen passé par utilisateur sur les médias sociaux est de 2 heures 25 minutes par jour ; les utilisateurs argentins et les philippins étant les plus actifs, avec plus de 4 heures passées par jour :

Facebook continue de dominer le paysage social media à l’international, se targuant d’1,366 milliards d’utilisateurs actifs en janvier 2015. Fait important : 1,133 milliards des utilisateurs de la plateforme dans le monde – 83% de l’ensemble – accèdent désormais au service depuis leurs devices mobiles.

Dans le même temps, Tencent a renforcé sa position dominante parmi les réseaux sociaux en langue chinoise, avec Qzone en tête qui compte 629 millions de comptes actifs. Cependant, nos analyses indiquent qu’un certain nombre d’utilisateurs de la plateforme possède plus d’un compte, il se peut donc que ces chiffres ne soient pas une base fiable pour un calcul d’un taux de pénétration social media.

VKontakte se trouve en tête du podium de la Russie et d’une poignée de ses voisins, bien qu’il soit difficile d’obtenir un chiffre fiable pour le nombre d’utilisateurs actifs par mois. Les derniers chiffres montrent que la plateforme possède environ 100 millions d’utilisateurs actifs par mois, dont les deux tiers seraient localisés en Russie.

Social Mobile :
Comme nous l’avons vu ci-dessus, l’usage des réseaux sociaux comme Facebook sur mobile continue de croître dans le monde entier. Si l’on cumule le nombre d’utilisateurs mobiles du réseau social le plus populaire de chaque pays, on ne dénombre pas moins de 1,65 milliards de comptes mobiles actifs en janvier 2015 :

En parallèle, les services de messagerie instantanée et les applications de chat poursuivent leur impressionnante croissance, avec WhatsApp, WeChat, Facebook Messenger et Viber déclarant tous plus de 100 millions de nouveaux utilisateurs actifs par mois au cours de 12 derniers mois.

Les services de messagerie instantanée et les applications de chat comptent désormais pour 3 des 5 plateformes sociales les plus populaires au monde et 8 marques de messageries instantanées déclarent avoir plus de 100 millions d’utilisateurs actifs mensuels :

Comme pour plusieurs autres domaines explorés dans ce rapport, la majeure partie de cette augmentation est alimentée par l’importante croissance des appareils mobiles dans la vie quotidienne des gens, et il semblerait que cette tendance s’accélère en 2015.

Devices mobiles :
Les utilisateurs mobiles uniques ont dépassé les 50% de la population mondiale en septembre 2014, et les actuels 5% de taux de croissance par rapport à l’année précédente suggèrent que nous verrons arriver 200 millions de nouveaux utilisateurs mobiles au cours des 12 prochains mois.

GSMA Intelligence et Ericsson évoquent chacun plus 7 millions de forfaits mobiles actifs, mais il est important de noter qu’en moyenne dans le monde un utilisateur mobile possède 2 forfaits actifs.

Les smartphones représentent une proportion majeure et croissante dans les usages mobiles, avec Ericsson indiquant que ces devices constituent une part de 38% des forfaits mobiles actifs dans le monde :

Près de 4 forfaits mobiles sur 10 dans le monde sont désormais considérés comme haut débit – c’est-à-dire 3G ou mieux – mais comme dans d’autres aspects de ce rapport, la vitesse d’échange de données sur mobile varie énormément entre les pays :

Les rapports suggèrent que tous les forfaits mobiles de la Corée du Nord sont 3G ou plus, bien que ceci doit être relativisé par le fait qu’Internet – ou tout du moins Internet tel que nous le connaissons dans le reste du monde – n’est pas accessible pour le citoyen moyen du pays. Cependant, avec une pénétration à 11% – soit 65% de plus que l’année dernière à la même période – on peut être optimiste quant à l’usage du mobile en Corée du Nord.

Comme pour les connexions Internet fixes, la Corée du Sud est encore bien loin devant le reste du monde quand il s’agit de la vitesse de connexion mobile. Les opérateurs mobiles du pays proposent une connexion moyenne à 18,2Mbit/s, le double de certains pays.

Singapour et le Royaume-Uni arrivent ensuite avec, respectivement, 9,1 Mbit/s et 8,1 Mbit/s. L’Inde, le Brésil et l’Argentine quant à eux délivrent des connexions à moins de 2 Mbit/s, tandis que le Vietnam offre la connexion mobile moyenne la plus lente dans le rapport de cette année, à 1,1 Mbit/s à peine.

Malgré ces connexions lentes, les chiffres indiqués par Ericsson dans son dernier Mobility Report suggèrent que la consommation moyenne de data sur mobile se situe aux alentours de 900 Mb de données par mois, avec un trafic de données mensuel à l’international approchant les 3 exabits – soit 3 milliards de gigabits.

Cependant, plus des 3/4 des forfaits mobiles dans le monde sont toujours des forfaits pré-payés, et les coûts nécessaires à l’acquisition d’un téléphone assorti d’un forfait mobile représentent toujours une proportion significative des dépenses des ménages dans de nombreux pays en développement.

En conséquence, les producteurs de contenus et les marketers doivent trouver un équilibre pour délivrer des expériences utilisateurs “rich”, comme de la vidéo en ligne par exemple, avec les coûts probables que cela engendre pour leur audience.

De plus, 58% des forfaits mobiles dans le monde sont associés à des téléphones basiques, “de fonction”, ce qui signifie que beaucoup de gens seront incapables d’accéder à un tel contenu même s’ils le voulaient.

A l’autre extrême de ce paysage mobile, l’utilisation des tablettes fut en constante progression en 2014, avec 7% des pages visitées le mois dernier depuis ce type de device.

En négatif de cette tendance, la part des ordinateurs dans le trafic web a décliné de 13% par rapport à la même période l’année dernière, et représente désormais 62% des pages visitées :

Shopping en ligne :
Grâce aux intéressantes données de GlobalWebIndex, nous sommes ravis de pouvoir inclure dans notre rapport de cette année des chiffres détaillés sur le shopping en ligne pour la plupart des pays.

Le Royaume-Uni ouvre la marche en terme d’utilisateurs e-commerce actifs, avec des données qui indiquent que les deux tiers de la population du pays ont acheté en ligne ce dernier mois. L’Allemagne et la Corée du Sud suivent de près à 63% et 62% respectivement, tandis que les USA arrivent en 4è position à 56%.

L’Asie du Sud et du Sud-Est est en revanche à la traîne quant il s’agit d’e-commerce : les données indiquent qu’à peine 14% des Indiens ont acheté en ligne le mois dernier. De façon similaire, moins d’un Thaïlandais et d’un Philippins sur cinq ont utilisé un service e-commerce sur les 30 derniers jours :

Le commerce mobile prend son élan dans le monde entier cependant, particulièrement en Asie de l’Est où 37% des Sud-Coréens ont acheté en ligne sur mobile le mois dernier.

Les Chinois sont également de plus en plus actifs en tant qu’acheteurs en ligne, avec 27% de la population qui a effectué un achat en ligne depuis leur telephone ces 30 derniers jours.

Les pays profilés en détails
Vous trouverez également un profilage approfondi des 30 économies les plus importantes, sur le même modèle que le profilage de la Chine que vous découvrez en bas de ce post. Voici une liste des pays concernés :

Et après ?
Si vous avez envie d’explorer en détail les données d’un pays en particulier, vous pouvez télécharger le rapport complet gratuitement en cliquant ici. Quant à nos rapports des années précédentes, ils sont tous disponibles ici mais c’est sans doute notre rapport 2014 qui vous sera le plus utile.

Pour conclure, nous vous proposons de découvrir le profilage digital, social et mobile de la Chine :

tags: , , , , , , , , ,

La revue du lundi par We Are Social #243

par Amy Steel dans News

Facebook at Work : le réseau social arrive au boulot
Facebook lance Facebook at Work et décline son service pour permettre aux organisations de se doter d’un réseau social d’entreprise. Avec cette initiative, Facebook se positionne en concurrent direct de nombreux éditeurs de réseaux sociaux d’entreprise tels que Microsoft ou LinkedIn. Cette nouveauté permet de créer un compte séparé, pour bien dissocier vie professionnelle et personnelle. Seuls les collègues accèdent aux contenus partagés via « Facebook at Work ». Encore en version bêta, de nombreuses questions restent en suspens : quel sera le business model du produit ? Le service sera-t-il payant ou financé par des publicités ? Affaire à suivre…

Google rattrape Facebook sur les connexions sociales
D’après une dernière étude menée par Janrain, Google cumule 40 % de l’ensemble des connexions sociales sur le quatrième trimestre de 2014 ! Une performance qui le rapproche un peu plus du leader Facebook qui rassemble de son côté 43 % des connexions sociales.

Google intègre les liens sociaux des marques dans leur Knowledge Graph
Google affine sa recherche toujours un peu plus et aujourd’hui, il recense les différents réseaux sociaux des marques dans le Knowledge Graph. Cette fonctionnalité était déjà implémentée pour les célébrités et s’étendra désormais aux marques. A noter : Google ne liste pas son propre réseau social en premier mais affiche les dernières publications Google+ en dessous des liens.

Facebook vous connaît mieux que votre propre mère !
Enfin presque, car cela dépend simplement du nombre de « Likes » que l’on veut bien lui fournir. Une récente étude publiée dans le PNAS Journal, réalisée conjointement par des chercheurs de l’université de Cambridge et de Standford, démontre la faculté d’un nouvel algorithme à déterminer notre profil psychologique en fonction de nos « Likes » Facebook. Les conclusions de cette étude sont partagées – cet algorithme pourrait aider les personnes à prendre des décisions plus rationnelles – mais ces résultats soulèvent aussi des questions d’éthique et de protection des données personnelles.

750 000 dollars la publicité sur Snapchat !
Cette somme spectaculaire correspond au montant minimum à débourser par jour pour diffuser une publicité sur Snapchat. La stratégie du réseau social est claire, sélectionner un panel restreint d’annonceurs prêt à consacrer un important budget publicitaire, on compte déjà McDonald’s, Samsung ou encore Electronic. La force du réseau se traduit par ses 100 millions d’utilisateurs ainsi que ses dizaines de millions de vues générées. Toutefois, Snapchat ne fournit à ses annonceurs aucun outil de suivi significatif, impossible donc de connaître la démographie de ses internautes.

Facebook et YouTube en compétition pour le dernier trailer d’Avengers
Marvel a dévoilé la semaine dernière le trailer du dernier Avengers, à la fois sur Facebook et sur YouTube, l’occasion de comparer les deux plateformes. Diffusée à l’occasion de la finale d’un grand tournoi de football, la bande annonce comptait plus d’un million de vues sur Facebook une heure après sa diffusion, plus que sur YouTube. En 24 heures, le trailer comptait plus de 12 millions de vues au total. Mais aujourd’hui, c’est YouTube qui est en tête avec 7,5 millions de vues, comparé à Facebook qui en compte 5,4 millions. Si Facebook bénéficie de plus de succès lors d’évènements live, YouTube reste encore la plateforme vidéo privilégiée par les marques.

Une aventure dont vous êtes le héros sur Twitter
Vous avez tous sûrement déjà lu un de ces livres interactifs à choix multiples. La mécanique vient de voir le jour sur Twitter et débute sur ce compte @wnd_hope. À chaque tweet, deux choix s’offrent à l’utilisateur, le redirigeant vers deux autres comptes Twitter et ainsi de suite. Une aventure textuelle originale pour promouvoir la sortie du livre « There is always hope ». Il y a fort à parier que de nombreuses marques reprendront cette mécanique interactive pour raconter de belles histoires…
Tentez l’aventure :

Buffalo Wild Wings commente vos tweets sportifs
Même sans être un annonceur du Superbowl, Buffalo Wild Wings a trouvé le moyen de participer aux conversations des fans. La marque a en effet demandé à ses followers de tweeter à propos des playoffs NFL avec le hashtag #BWWPostGame afin de voir leurs tweets commentés par des professionnels. En quelques jours seulement, la vidéo ci-dessous a déjà été visionnée 260 000 fois sur Facebook. Un beau pied de nez aux 4,5 millions de dollars nécessaires pour diffuser un spot de 30 secondes pendant le Superbowl.

5 mots pour rater un premier rendez-vous vu par les marques

La twittosphère s’est récemment amusée autour du trending hashtag #FiveWordsToRuinADate pour décrire en 5 mots ce qui pour eux correspond au pire scénario d’un premier rendez-vous. Des marques comme Sony, Legacy Recordings et Pizza Express ont également pris part à la conversation avec des réponses amusantes dont voici quelques exemples.  

Les grands gagnants des playoffs universitaires de football américain
Il semblerait que la plupart des marques aient raté une sacrée opportunité de prendre la parole lundi dernier lors des tout premiers playoffs universitaires de l’histoire. Habituellement un univers sur lequel les marques peuvent laisser libre cours à leur imagination, le sport et plus particulièrement cet événement, qui était pourtant annoncé comme étant « the New Big Game », ne semble pas en avoir inspiré beaucoup. Mention spéciale pour Butterfinger (Nestlé) et Arby’s qui, grâce à leurs réactions en temps-réel nous ont bien fait sourire.


YouTube revisite la mi-temps du Super Bowl
L’évènement sportif le plus regardé au monde sera diffusé le 1er février prochain. Cette année, YouTube proposera son propre spectacle de mi-temps. La plateforme vidéo mise sur les vloggers pour valoriser la création et le potentiel de sa plateforme. Les vloggers retenus pour cette collaboration possèdent une audience cumulée de 60 millions de personnes. Au programme ? Vidéos parodiques des publicités du Superbowl, stunts et performances musicales. Le show sera en concurrence face à Katy Perry et Lenny Kravitz qui investiront le petit écran. Les publicités du Super Bowl l’an passé ont été visionnées volontairement par les internautes 6,3 millions d’heures durant. Youtube démontrera, une fois de plus, aux annonceurs le pouvoir publicitaire qu’offre sa plateforme.

tags: , , , , ,

On met le turbo, on passe en V6

par Adeline Bacchi dans News

L’année 2015 débute sur les chapeaux de roue pour We Are Social ! 5 ans après notre arrivée en France, nous avons le plaisir de vous présenter nos 6 nouveaux Gremlins.

De gauche à droite : Ludovic, Mélodie, Paul, Carole, Corentin, et Mehdi.

photo gremlins-2

Ludovic arrive aujourd’hui au terme de ses 5 années d’études à l’ESSCA. Il y a notamment suivi un M1 Expertise Marketing à Shanghai puis un M2 Web-Marketing à Paris. Aventurier et créatif, il a effectué plusieurs stages dans le digital, notamment en 2013 à New-York au sein de l’agence Fueled. En 2014, il rejoint l’agence Textuel La Mine (groupe TBWA) en qualité d’Assistant Social Media pour le compte de SFR. En plus du digital, Ludovic est un grand passionné de musique électronique et mène en parallèle différents projets dans ce domaine. Il nous rejoint pour son stage de fin d’études en tant qu’assistant consultant social media et se fera un plaisir d’échanger avec vous par ici : @ludohdr.

Mélodie débute ses études à l’ESP avant de rejoindre Sup de Pub, où elle étudiera tous les rouages de la stratégie de communication. Elle intègre à la suite le CELSA pour son Master en Branding. En 2013, elle termine son cursus par un MBA E-Business à l’ISC. D’abord plongée dans le monde du planning stratégique en agences de design et publicité, elle découvre le métier des études au sein d’Heaven en tant que chargée d’études Web. Elle nous rejoint aujourd’hui en tant qu’analyste social media junior. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @Melodie_J.

Durant ses premières années au BBA Inseec Bordeaux, Paul a réalisé un stage au sein de Pernod Ricard à Budapest en 2013, au département marketing et web-marketing, où il y a découvert l’univers de la communication et des réseaux sociaux. Ensuite, il part s’immerger un semestre à Séoul pour poursuivre une majeure en communication à la Dongguk University afin d’y approfondir ses connaissances dans ce milieu. Fort de ses expériences à l’étranger, Paul a rejoint notre équipe en stage en tant qu’assistant consultant social media. N’hésitez pas à aller lui parler rugby, surf, sport, musique, actu, digital, ici : @Paulhirigoyen.

Après un master en Ingénierie de la communication en apprentissage au sein du service public de l’eau à Paris, Carole commence son aventure digitale en rejoignant l’agence Marcel où elle sera chef de projet pendant 2 ans, pour RATP et Canderel essentiellement. Après cette expérience dense et enrichissante, elle intègre l’agence Wide où elle aura la chance de travailler sur des sujets et clients très variés. Elle nous rejoint en tant que consultante senior. Vous pouvez la suivre ici : @RolKnRoll.

Actuellement en stage de fin d’études au sein de notre agence, Corentin prépare un Master en Marketing Management, spécialisation Design Management effectuée au sein de la Creative Academy de Milan. Après avoir étudié la marque sous tous les angles en effectuant notamment ses précédents stages en vente et en marketing/communication, il décide de devenir CM freelance pour développer son expertise en stratégie digitale et social media. Parlez avec lui de football, de musique et de startups innovantes en le suivant par ici : @CorentinPicaut.

Diplômé de l’Ecole Supérieur d’Art et de Design d’Amiens, Mehdi commence sa carrière de directeur artistique chez We Are Plus à New York. Après son retour en France, il rejoint l’agence Fred&Farid Group, puis, l’année suivante, il intègre Air Paris et se spécialise dans la direction artistique digitale et le storytelling. En 2013, il enchaîne les projets personnels, les missions en freelance, puis rejoint M6 Groupe en tant que Graphiste de l’Info. Mehdi nous a désormais rejoints en qualité de directeur artistique. Gourmand, il l’est, alors n’hésitez pas à lui envoyer vos secrets culinaires et recettes de grand-mère ici : @mehhhdi.

Vous souhaitez rejoindre nos équipes ? We Are Social a plusieurs postes à pourvoir en CDI : motion designer, assistant RH, chargé de recrutement, développeur, responsable achat média digital, analyste junior, directeur conseil… Mais aussi en stage, si vous aimez jouer avec des mots, nous recherchons un concepteur rédacteur. N’hésitez pas à vous rendre sur notre page Facebook, nous sommes certains qu’un poste est fait pour vous ! Pour postuler, 2 adresses à enregistrer : rf.laicoseraewnull@tnemeturcer rf.laicoseraewnull@egats. On attend impatiemment vos CVs ! A très vite !

tags: ,

We Are Social se lance à San Francisco

par Sandrine Plasseraud dans News

Comme vous l’avez peut-être déjà lu dans la presse, nous venons d’ouvrir un nouveau bureau We Are Social, sur la Côte Ouest des États-Unis, à San Francisco.

Le lancement de We Are Social à San Francisco vient compléter notre présence américaine (We Are Social est présent à New York depuis 2012 et compte une cinquantaine de collaborateurs) et répond à la demande croissante que nous connaissons et qui nous vient de clients basés sur la Côte Ouest.  Cette excellente nouvelle s’en accompagne d’une seconde puisque je suis également ravie de vous annoncer que la marque Old Navy (groupe GAP) a choisi notre équipe de San Francisco pour gérer leur présence social media aux Etats-Unis.

Ce nouveau bureau sera initialement dirigé par Leila Thabet, directrice générale de We Are Social USA, qui partagera son temps entre New-York et San Francisco le temps que l’agence identifie une équipe dirigeante locale.

Leila Thabet, Managing Director, We Are Social US

Leila Thabet, Managing Director, We Are Social US

C’est un nouveau chapitre qui commence pour We Are Social puisque San Francisco constitue notre 9ème bureau dans le monde, venant renforcer notre présence à l’international.  Nous comptons désormais plus de 500 collaborateurs sur 5 continents et cette croissance incroyable démontre comment la mission que nous nous sommes donnée – mettre le « social thinking » au coeur du marketing – résonne avec des marques du monde entier.

Et cela ne suffit à venir rendre visite à nos collègues de San Francisco, peut-être que G, le chien du bureau, saura vous séduire. Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à passer dire bonjour à nos collègues ou à leur envoyer un mail.

IMG_4243

L’évolution du social media en 2015

par Robin Grant dans News

L’année 2015 vient de démarrer, et comme bien souvent à cette période, on s’attache tous à imaginer de quoi l’avenir, à plus ou moins long terme, sera fait.

Dans un environnement digital en constante évolution, cet exercice qui consiste à tenter de lire dans l’avenir est clé. Début 2014, le reach organique Facebook existait encore et le mot “vlogger” n’était pas si courant. Au cours de l’année passée, les applications de messagerie instantanée ont explosé et les réseaux sociaux “fermés” tels qu’Ello ou Tor ont attiré l’attention.

En 2015, nous verrons de nombreuses tendances 2014 se confirmer, au même titre que de nouvelles. Nous verrons une approche du social media par plateforme perdre de son importance. Plutôt que de mettre en place des dispositifs Facebook ou Twitter, l’accent sera mis sur la compréhension des comportements sociaux, la création d’idées que les gens auront vraiment envie de partager, dont ils auront envie de parler. Parallèlement, l’industrie sociale, désormais mature, se devra de prouver aux marques le ROI des initiatives social media.

Bien entendu, il y a des similitudes et des différences dans les challenges et les opportunités auxquelles chaque marché va faire face ces prochains mois. Et comme We Are Social couvre les 5 continents grâce à ses 9 bureaux, nous avons demandé à notre board international de partager leur vision des tendances qui vont émerger ou apparaître en 2015.

Sandrine Plasseraud, directrice générale, We Are Social France
La transformation digitale
L’économie digitale n’est pas chose nouvelle, cependant sa rapide évolution impacte les entreprises de façon drastique. 90% des données mondiales ont été créés au cours des 2 années précédentes. Au lieu de survivre grâce à des campagnes court-termistes, les marques doivent désormais communiquer via du storytelling en fil rouge, et ce afin d’être visible dans un monde leadé par la data. La création de contenu n’est plus suffisante cependant. Nous avons désormais des outils de curation d’algorithme, comme celui de Facebook, qui rendent les choses compliquées. Les entreprises se battent pour l’attention du public – la notion d’attention continue partielle (« continuous partial attention ») illustre que les individus partagent désormais leur attention entre devices, activités de tous les jours et conversations offline, dans un désir d’être reconnus parmi leurs pairs et par peur de manquer quelque chose (le fameux FOMO ou “fear of missing out”). Comment, en tant qu’entreprise, peut-on capter l’attention des consommateurs dans ce contexte, les capter dans leur quotidien, sans être dans l’interruption ? Cela va devenir un challenge encore plus grand avec l’arrivée des smartwatches et la montée du “glance media” qui lui est associée.

La production de contenu devra prendre en compte la notion de proximité ambiante et potentiellement, dans un futur proche, l’émotion des utilisateurs. La scène digitale est extrêmement complexe pour les entreprises, et continuera de le devenir de plus en plus en 2015 et au-delà. Le besoin de transformation digitale est crucial. La plupart des entreprises ont annoncé avoir embrassé cette transformation, mais en réalité, elles se sont concentrées sur la technologie et les canaux plutôt que sur l’organisation et l’humain. Les entreprises ont désormais besoin de mettre les consommateurs au centre de l’organisation, faire voler les silos en éclat, penser “brand utility”, c’est-à-dire penser à la façon d’être utile aux consommateurs plutôt que de se concentrer sur la technologie et les plateformes. C’est ce que nous appelons le Social Thinking.

Leila Thabet, Managing Director, We Are Social USA
Le « mobile first » remplacé par le « mobile par défaut »
Un téléphone mobile n’est plus seulement un téléphone depuis bien longtemps, mais plus que jamais les mobiles et les tablettes deviennent l’accès privilégié au digital pour les consommateurs. La réalité du “Mobile First”, qui fait du mobile une plateforme leader pour l’innovation, est remplacée par le “Mobile par défaut’”, dans laquelle le mobile devient le principal moyen d’engager les consommateurs. Alors que ces nouvelles normes prennent forme dans les mains (et aux poignets !) des consommateurs, les marques devront se préparer à trouver de nouveaux moyens d’offrir de la valeur et d’engager dans des contextes divers et « always on ». Des applications faciles à utiliser, des campagnes concises et visuelles deviendront vitales pour les marques si elles veulent utiliser les technologies mobiles efficacement dans le but de capter l’attention des utilisateurs et faire leur storytelling.

Jim Coleman, Managing Director, We Are Social UK
Le Marketing 24/7
La popularité des médias sociaux signifie que ce ne sont plus les marketeurs qui décident à quel moment engager avec les consommateurs, c’est bien la cible, en fonction de son lifestyle et de ses préférences. De nombreuses marques avec lesquelles nous travaillons s’adressent à des audiences mondiales, rendant la tâche encore plus difficile. Comme notre directrice éditoriale, Charlie Cottrell, l’a écrit plus tôt cette année, les modèles éditoriaux devraient désormais refléter les comportements 24H/24H et 7J/7J des consommateurs. Les marketers auront besoin de prendre en compte les habitudes et les comportements de leur audience quand ils créent et publient du contenu sur n’importe quelle plateforme. Ils auront besoin d’analyser les données générées par ce contenu (avec une attention particulière sur le business, pas juste sur des KPIs social media), pour comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et ainsi avoir une stratégie long terme plus efficace.

Gabriele Cucinella, Stefano Maggi, Ottavio Nava, Managing Directors, We Are Social Italia
L’engagement auprès des influenceurs va revenir sur le devant de la scène
Dans un monde où le reach est crucial, un reach qualifié, et la performance aussi, les influenceurs font toujours partie des meilleurs et des plus efficaces leviers de communication sur lesquels les marques peuvent capitaliser pour s’adresser à des audiences spécifiques. Nous verrons une transformation dans la façon dont les influenceurs et les marques collaborent, d’une approche ponctuelle (surtout basée sur du earn media) à des modèles de partenariat plus structurés (surtout basés sur du paid) où les deux parties peuvent collaborer en fil rouge et co-créer un storytelling sur le long terme.

A la recherche de contenus et de conversations
En 2015, les gens auront de plus en plus d’outils pour trouver du contenu, et les plateformes sur lesquelles ils ont trouvé ce contenu vont évoluer. Google ne sera plus le seul outil utilisé par les internautes pour leur recherche, des plateformes sociales comme Facebook et Twitter proposent des solutions puissantes pour les utilisateurs qui sont en recherche d’informations spécifiques ; les gens choisiront les canaux qu’ils ont l’habitude de fréquenter comme des plateformes de recherche. Dans ce revirement important, les médias sociaux constituent une destination de choix pour rechercher du contenu et les marques apprendront à planifier des stratégies qui reflètent cela, pensant aux canaux sociaux comme des canaux de recherche aussi.

Simon Kemp, Regional Managing Partner, Asia
L’importance croissante de la « Découverte »
Alors que le “social” est de plus en plus ancré dans notre quotidien, le mobile nous sert de plus en plus dans nos activités de search. Les gens s’adresseront des requêtes entre eux autant qu’ils en adressent à Google, et pendant qu’une large part de ces conversations seront “dissimulées” sur des réseaux fermés comme WhatsApp ou WeChat, d’autres auront lieu sur des plateformes publiques comme Twitter.

Don Anderson, Managing Director, We Are Social Singapore
Le partage de l’hyper-expérience
Les premiers fruits de l’ère du partage de l’hyper-expérience pourrait prendre forme en 2015 avec l’arrivée d’Occulus Rift, qui est censé changer la dynamique actuelle du gaming, de l’industrie du film et constituer une bonne porte d’entrée pour des industries initialement non-liées à l’entertainment. Le potentiel réel de cette technologie qui devient omniprésente va dépendre de la possibilité pour les utilisateurs de capturer des expériences basées sur le point de vue – dévaler une pente de 30 mètres à ski pour atteindre le sommet de l’Everest – et de les partager sur les réseaux sociaux, de la même façon qu’ils le font aujourd’hui avec les vidéos et les photos. Si cette possibilité devient une réalité, alors le rachat d’Occulus Rift par Facebook aura encore plus de sens.

Bastien Scherbeck, Managing Director, We Are Social Deutschland
L’explosion de la performance sociale
En 2015, la “performance sociale” (ie: optimisée sur le social media par de l’achat média) va exploser et représenter un pourcentage plus élevé dans les dépenses médias. Cela constitue à la fois un risque et une opportunité. L’expertise analytique et la “social intelligence” à bon escient contribueront à délivrer du contenu pertinent (du simple statut à l’experience interactive), au bon moment, au bon endroit, aux bonnes personnes. Cependant, si ces compétences sont mal exploitées (ce qui a souvent été le cas à date); cela mènera à la création de contenu non pertinent pour une audience non qualifiée. Si l’industrie publicitaire veut prospérer vers un futur digital, il est essentiel que nous utilisions outils et compétences de façon responsable. Autrement, nous risquerions de perdre la valeur qui compte le plus aujourd’hui : la confiance des individus.

Se concentrer sur les performances induit également un autre risque : cela ne devrait pas interférer avec la créativité et l’innovation, avec une vision focalisée sur des “target groups”. Au lieu de ces comportements dépassés, nous devons implémenter une nouvelle vision – celle que nous appeler le “Social Thinking”.

Mobbie Nazir, Chief Strategy Officer, We Are Social
Le ROI du contenu
Si 2014 fut l’année de la création de contenu, 2015 sera celle du ROI de ce contenu. Continuez à créer du contenu, mais de façon intelligente : il est difficile de produire du contenu de qualité en quantité, alors imaginez comment vous pouvez capitaliser sur tout ce que vous créez, comment vous pouvez lui donner un nouveau sens. Arrêter de penser que le social est synonyme de gratuité. Comme pour toutes formes de communication, les inventaires sont limités et vont aux plus offrants. Faites en sorte que vos investissements fonctionnent en prenant le temps de véritablement réfléchir à la segmentation de l’audience et en ciblant vos publics sur les plateformes qui comptent pour votre marque. Mesurez l’efficacité de vos investissements en évaluant la façon dont vos efforts impactent vos ventes, pas seulement vos likes et vos followers. C’est ainsi que nous identifieront les campagnes sociales les plus impactantes en 2015, prouvant ainsi la valeur des investissements sur le social media.

Nathan McDonald, Co-Founder of We Are Social
L’innovation, l’addiction et la nouvelle norme

L’explosion du blogging qui a créé une alternative à l’univers des médias et de l’opinion a eu un effet libérateur, laissant entrevoir des possibilités excitantes, contrastant avec l’approche mass média de la dernière décennie. Depuis, nous avons vu la tendance prendre une autre direction avec des inquiétudes quant à l’impact sur la monétisation, l’utilisation des données à des fins commerciales et gouvernementales, ainsi que l’impact physique, psychologique et social d’internet et de l’usage des devices. Ces inquiétudes vont coexister avec un « techno-optimisme » inhérent aux nouvelles innovations. Nous chercherons chez nos proches des signes d’addiction à Facebook, tout en chérissant les technologies wearables qui compileront pourtant des données encore plus personnelles.

Même avec les révélations de Snowden en tête, nous serons demandeurs de plus de services administratifs en ligne et nous verrons les parties politiques progresser fortement dans leur marketing social et digital. Les réactions négatives dues à la monétisation croissante de nos réseaux sociaux favoris s’accompagnera d’une confiance en progression pour ces mêmes services qui nous facilitent la vie. C’est la nouvelle norme.

Leslie Orsioli, Managing Director, We Are Social Brazil
La montée en puissance de YouTube
YouTube est le second réseau social le plus fréquenté au Brésil, selon le classement publié par Serasa Experian. Aux Etats-Unis, l’audience est si importante qu’il dépasse celle des réseaux TV câblés. Prendre en compte la plateforme dans sa stratégie va devenir essentiel, pas seulement pour une histoire d’audience, mais aussi pour son potentiel viral and le reach que cela entraîne et qui devient efficace lorsque l’identification de la marque se fait clairement.

tags: , ,