Bienvenue sur le site de We Are Social. Nous sommes une agence conversationnelle, présente à Paris, New York, Londres, Milan, Munich, Singapour, Sydney et São Paulo. Notre vocation est d’aider les marques à écouter, comprendre et prendre part aux conversations en ligne.
Nous sommes une agence d’un genre nouveau. Les conversations entre individus ont toujours existé, mais le concept du marketing conversationnel est encore très novateur. Parmi nos clients, nous comptons notamment Moët & Chandon, Renault, BNP Paribas, Bouygues Télécom, La Banque Postale et Pernod Ricard.
Si vous souhaitez savoir comment nous pouvons vous aider, n’hésitez pas à nous appeler au 01 73 00 32 70 ou à nous envoyer un email.

Résultats Facebook Q1 2014. Que retenir ?

par Nadia Tiourtite dans News

facebook-earnings2

Facebook présentait hier ses résultats financiers du 1er trimestre 2014 lors d’une conference call retransmise en webcast.

Les résultats furent commentés par Mark Zuckerberg lui-même, accompagné de Deborah Crawford (Responsable des relations investisseurs), Sheryl Sandberg (COO) et David Ebersman (CFO).

Ce que nous avons retenu :

1. Une plateforme dont la croissance ne se dément pas

Définitivement, les esprits chagrins ont beau annoncer le déclin du plus célèbre des réseaux, celui-ci ne cesse d’engranger de nouveaux records :

  • La plateforme compte à la fin du 1er trimestre 2014, 1,28 milliards d’utilisateurs mensuels, parmi lesquels 63 % la visitent quotidiennement, soit 802 millions de visiteurs/jour (+ 137 millions par rapport au 1er trimestre 2013). Et pour la première fois, plus de 50% d’entre eux ont visité la plateforme 6 jours de suite, illustrant ainsi une consommation fortement engagée.
  • Les revenus sont également en croissance par rapport au 1er trimestre 2013 avec + 72 %, passant de 2.27 milliards au 1er trimestre 2013 à 2.50 milliards de dollars en 2014. Cette croissance serait portée par les revenus publicitaires issus des formats Newsfeed et Mobile.
  • Le revenu publicitaire connait plus largement une augmentation de 82%, passant de 1.3 milliards de dollars à 377 millions un an auparavant.

2. Un tournant mobile revendiqué et qui génère de vrais résultats

Au cours de sa prise de parole, Mark Zuckerberg décrit Facebook comme une « Mobile Company ».

  • La plateforme compte à la fin de ce 1er trimestre plus d’1 million d’utilisateurs mobiles actifs. Ces utilisateurs mobiles représentent 55 % des utilisateurs quotidiens.
  • Le mobile représente 59 % du revenu publicitaire soit + 6% par rapport à Q4 2013.

3. L’expérience utilisateur avant toute stratégie de monétisation

Facebook semble avoir retenu les leçons de ses précédents lancements de produits publicitaires qui ont généré de véritables levées de bouclier.

Ainsi pour Instagram, Messenger ou encore WhatsApp, Facebook annonce n’avoir à court terme aucun souci de rentabilité ou de stratégie de monétisation. Mark Zuckerberg les décrit comme des plateformes n’ayant pas encore atteint leur maturité.

Le souci est d’abord de faire croître leurs bases utilisateurs (Instagram et Messenger compteraient à date respectivement 200 000 utilisateurs et presque 500 000 pour WhatsApp).

Idem pour les apps développées au sein des Creative Labs, comme Paper, aucun revenu n’en est escompté non plus cette année : la base d’utilisateurs doit d’abord croître avant d’intégrer une stratégie de monétisation.

Répondant à un journaliste, le CFO de Facebook, David Ebersman fixe l’arrivée de la monétisation au seuil de 1 million de membres.

Dans la stratégie globale de Facebook ces plateformes permettent aujourd’hui d’accompagner le tournant mobile du réseau social et surtout les nouveaux usages sociaux : partage de format image/video, one to one et groupes plus restreints. Et pour Mark Zuckerberg, ces plateformes servent à nourrir l’une des missions pilier de Facebook : permettre à tous de se connecter. Ainsi un WhatsApp va permettre de mieux satisfaire cet objectif en favorisant la connexion des gens sur un mode simple de messagerie instantanée.

Mais nous n’en saurons pas plus sur WhatsApp au cours de cette conférence : toutes les annonces sont suspendues jusqu’à la conclusion finale du Deal, qui n’est pas encore intervenue…

4. Une approche publicitaire de plus en plus native et affinitaire

Facebook réitère son engagement auprès de ses partenaires business, PME, acteurs du e-commerce, marques pour les aider à bien atteindre leur objectif, mais insiste également sur l’importance de maintenir la qualité et la pertinence de ses publicités.

Leur orientation sur l’offre publicitaire sera moins de développer de nouveaux produits que d’améliorer les existants et d’aider les professionnels à en faire un meilleur usage. L’ambition est de favoriser chez les annonceurs la production d’un contenu publicitaire aussi intéressant que le contenu organique généré au sein de la plateforme, qui leur permettra de réellement engager l’audience Facebook.

Au service de l’affinitaire toujours, la nouvelle fonctionnalité de géolocalisation, Nearby Friends, actuellement optionnelle, sera bientôt accessible comme critère d’affichage au sein de la plateforme ADS pour tous les produits publicitaires actuels.

Les outils jusqu’alors réservés aux gros annonceurs, comme le « custom audiences » ou les « partners categories » seront accessibles à tous en self-service. Un mouvement qui va permettre de renforcer le targeting, mais aussi de faire croître la base des annonceurs.

En conclusion

Ce que nous percevons, et qui peut être salué, c’est la capacité d’un Facebook à anticiper les usages : un tournant mobile réussi, des réponses aux aspirations à des échanges plus restreints ou multimédias… Cette agilité permet d’écarter les inquiétudes à moyen terme sur l’avenir de la plateforme. Favoriser la connexion de tous est une mission suffisamment large et extensible pour permettre à la marque de rester pertinente et utile encore longtemps.

Le rapport intégral est disponible sous ce lien.

tags: , , , , , , , , , , , ,

L’état du community management en 2014

par Sandrine Plasseraud dans News

commroundtable

Comme tous les ans depuis 2010, The Community Roundtable publie un état des lieux du community management.

Alors qu’en 2010, le premier rapport consistait à poser les bases de la discipline, que le rapport de 2011 était riche en enseignements pour les pratiquants du community management et posait des premières guidelines pour ces derniers (voir notre analyse du rapport 2011), que 2012 consistait à analyser des communautés, à comprendre leur stade de maturité et à en déduire des milestones, voici que depuis 2013, The Community Roundtable traque ces communautés d’un point de vue quantitatif, via des KPIs précis…

C’est avec ces 4 années de recul que The Community Roundtable est aujourd’hui capable d’analyser la maturité des organisations sondées (164 communautés étudiées, toutes industries confondues) et de présenter ces résultats en face de leur modèle The Community Maturity Model, et les enseignements qui s’en suivent.

The Community Maturity

The Community Maturity Model

 

Quels sont les principaux enseignements de ce rapport (disponible ci-dessous) ?

  1. Une communauté mature* est génératrice d’une vraie valeur business
  2. Les ambassadeurs sont clés dans le succès d’une communauté
  3. L’implication des dirigeants est également primordiale pour atteindre le succès

Vous souhaitez connaître toutes les ficelles de réussite d’une communauté ? Je vous invite à lire cet excellent rapport pour plus de détails !

* Par « mature » nous entendons mise en place du process et non pas l’âge de la communauté

tags: , ,

La Revue de Pâques par We Are Social

par Marjolaine Derkenne dans News

Weibo réussit son entrée en bourse
A l’issue de sa première journée de cotation au Nasdaq, jeudi 17 avril, le réseau social Weibo a vu son action grimper de 19 %, et ce malgré les inquiétudes de nombreux investisseurs. Dans un contexte délicat pour les valeurs technologiques, le site de microblogging chinois avait en effet revu ses objectifs financiers à la baisse quelques jours avant son entrée en bourse, introduisant son action à 16,27 dollars seulement et proposant 16,8 millions de titres au lieu de 20 prévus initialement. Le « Twitter chinois », qui a clôturé sa première journée à 20,24 dollars le titre (cf. graphique ci-dessous) a vu le prix de son action atteindre les 24 dollars à la fermeture le jour suivant. Ces bonnes performances semblent encourager de prochaines offres publiques chinoises aux Etats-Unis, puisqu’il se murmure que le géant de l’e-commerce chinois Alibaba se tiendrait prêt pour une introduction en bourse très prochaine.

weibo

Des formats publicitaires pour les pages Google+
Après une phase de test lancée en décembre 2013, le géant de Moutain View généralise la possibilité de médiatiser les Posts Google+. En parallèle de cette annonce, deux nouvelles fonctionnalités sont testées, l’une permettant de promouvoir des vidéos Hangouts, l’autre de mettre en avant automatiquement les nouveaux posts. La monétisation de Google+ est en marche !

Enregistrer ses programmes télé en un tweet
Le fournisseur TV anglais, BSkyB, propose une nouvelle fonctionnalité grâce à Twitter : déclencher sa télé ou enregistrer son programme préféré. Les tweets comprenant le hashtag #WatchOnSky sont accompagnés des boutons « Watch » et « Record ». Ceux-ci sont visibles uniquement sur mobile. Ce type de fonctionnalité a déjà été mise en place aux Etats-Unis par Comcast ou au Brésil par Sky TV.

bskyb-twitter

Twitter lance la promotion d’applications
Twitter, dont l’activité est à 75 % mobile, a commencé à vendre des annonces publicitaires visant au téléchargement d’applications mobiles directement via la plateforme. Cette nouvelle forme de publicité a vu le jour grâce à MoPub, une start-up spécialisée dans la gestion et l’optimisation des campagnes publicitaires mobiles, rachetée par Twitter en septembre dernier. MoPub permettra aux annonceurs d’acheter des publicités pour la promotion de leurs applications et d’étendre leurs campagnes à l’ensemble de l’écosystème mobile. Toujours en version beta privée, ces annonces apparaîtront comme des bannières, des interstitiels, des vidéos ou encore dans des formats natifs. Spotify et Deezer seraient parmi les premiers partenaires à utiliser ce nouveau format.

L’investigation d’US Airways après son tweet déplacé
Le community manager d’US Airways ne sera pas viré ! La compagnie aérienne a investigué suite au tweet déplacé qui est apparu sur son compte il y a quelques jours et a conclu que la photo avait été postée par erreur. L’image pornographique avait d’abord été envoyée à la compagnie par un utilisateur Twitter. En voulant relever le tweet en question pour le signaler comme inapproprié, une erreur de manipulation a conduit le lien de l’image à se retrouver dans un tweet officiel du compte @USAirways. La compagnie aérienne aura tout de même réussi à sauver les meubles grâce à une communication bien menée, et une explication crédible. « Le fait qu’il s’agisse très visiblement d’une erreur a permis d’écarter les plus vives critiques », comme le souligne Leila Thabet, directrice de l’agence We Are Social à New York. Leila qui rappelle que « les médias sociaux sont un canal de communication essentiel mais qui comporte cependant son lot de risques ».

 
Evian envahit la toile avec le bébé Spiderman
Dans la continuité de sa dernière campagne avec Spiderman pour égérie, la marque Evian vient de déployer un vaste dispositif social. Sur Twitter, les utilisateurs sont invités à partager leurs problèmes avec le hashtag #AmazingBabyRescueMe auxquels la marque répondra sous forme d’un tweet, d’une image ou d’un Vine humoristique. Evian va plus loin en envoyant des tweets personnalisés aux célébrités victimes d’une mauvaise journée, tout comme Miley Cyrus dernièrement. Enfin, Evian met au défi ses fans sur Facebook en les invitant à endosser le rôle du bébé Spiderman pour gagner des cadeaux. L’intégralité de la campagne est aussi à retrouver sur un board Pinterest.

evian_spiderman

Line propose de créer ses propres stickers
Line, application de messagerie instantanée, est l’une des plateformes sociales les plus dynamiques. Son business model repose sur les jeux (60 %) et sur la vente de stickers (40 %) qui permettent d’enrichir les conversations. Aujourd’hui, Line innove en offrant la possibilité aux utilisateurs de créer leurs propres stickers et de les proposer au réseau qui les validera (ou non). Line récupérera 50% de la vente et le créateur 50 %. Une façon intelligente de booster son modèle économique tout en permettant aux utilisateurs d’obtenir des stickers uniques.

RDL_WAS_LINE

Le premier épisode d’une série directement regardable sur Facebook
La série « Lucky Bastards » de la chaîne « Esquire Networks » se dévoile à travers un premier épisode diffusé directement sur Facebook via une application. Jusqu’alors, Esquire Networks avait pour habitude de diffuser sur leurs chaînes TV les pilotes de nouvelles séries. Cette fois, la marque a décidé d’innover et de choisir Facebook comme plateforme de diffusion. Une stratégie intéressante qui vise également à générer de nombreux likes pour la page Facebook de la chaîne, en bénéficiant directement de l’audience de la série.

Performance des Facebook Ads sur le premier trimestre 2014
Selon une étude réalisée par Adobe sur le premier trimestre de l’année 2014, les performances des Facebook Ads continuent de progresser, surtout avec les publications du vendredi. Le taux de clic a par ailleurs progressé de 70 % et les impressions sont également en nette progression (+40 %) par rapport à l’année dernière. Selon Joe Martin, analyste chez Adobe, « la plupart des changements de Facebook ont été effectués afin de s’assurer que les gens accèdent au contenu qu’ils veulent réellement voir (…). Facebook tient à récompenser les pages proposant du contenu original, investissant dans du média et bénéficiant d’un taux d’engagement élevé ».

Avec Nearby Friends, Facebook vous dit qui est proche de vous 
Le réseau social a annoncé la sortie d’une nouvelle fonctionnalité qui permet de découvrir vos amis qui sont à proximité grâce à la géolocalisation des smartphones. Dans son annonce, Facebook précise évidemment que cette fonctionnalité sera une option et qu’elle pourra être désactivée à tout moment par l’utilisateur. Une nouveauté qui tombe à pic pour Facebook puisque la majorité de ses membres sont aujourd’hui des mobinautes.

Nearby-Friends

Facebook ads : une audience spécifique pour la Coupe du Monde
Facebook courtise les publicitaires avec un ciblage d’audience spécialement dédié à la Coupe du Monde. En effet, Facebook aurait mis en avant un segment de ses utilisateurs qui a exprimé un intérêt pour la compétition incontournable de 2014. C’est la première fois que Facebook propose une audience spécifique pour un événement télévisuel. L’expérience pourrait être étendue aux Jeux Olympiques, au Super Bowl ou aux Oscars.

Facebook lancerait une régie spécialisée dans la pub mobile
La rumeur court : Facebook s’apprêterait à dévoiler une régie pour la publicité mobile lors de la conférence F8 à la fin du mois. Une manière intéressante de monétiser encore un peu plus l’énorme base d’utilisateurs (et de données personnelles) de la plateforme. Mais surtout un mouvement nécessaire pour suivre l’évolution des pratiques des individus et montrer à ses investisseurs que le réseau est toujours dans le coup.

L’homme le plus intéressant du monde arrive sur Foursquare
La marque de bière mexicaine Dos Equis vient d’ouvrir un compte Foursquare à l’« Homme le plus intéressant du monde », un barbu d’une soixantaine d’années qui parcourt les quatre coins du monde, depuis lesquels il distille des conseils en tout genre, souvent énigmatiques. Bien évidemment, il s’agit d’une opération marketing qui vise à étendre la portée du message de Dos Equis. Cependant le trafic instable dont bénéficie Foursquare ces derniers temps soulève quelques doutes quant à la viabilité de l’opération…

Ford et Buick : des résultats prometteurs sur Vine
Alors que de nombreuses marques utilisent Vine depuis plus d’un an, le secteur automobile semble maintenant s’y intéresser et affiche de bons résultats. Ainsi, Buick a récemment fait un partenariat avec un profil star sur Vine, celui de Zach King (1,1 million de followers ) alors que Ford a fait équipe avec Rudy Mancuso (4 millions de followers ). La moitié des 10 posts de Buick a recueilli plus de 1 000 Revines (l’équivalent des retweets sur Twitter) et les Vines de King ont été affichés sur le compte Vine de Buick qui compte plus de 7 000 adeptes.

vine

La NASA se met au selfie pour le Jour de la Terre
Pour ceux qui ne le sauraient pas, le 22 avril est l’occasion de mettre à l’honneur notre bonne vieille planète. A ce titre, la NASA a décidé de célébrer le Jour de la Terre en mettant en place un hashtag spécifique #GlobalSelfie, au travers d’une campagne présente sur Twitter, Instagram, Facebook, mais également Google+ et Flickr. L’agence américaine propose aux internautes d’imprimer une page sur laquelle il faut inscrire le lieu dans lequel ils se trouvent, puis de se prendre en photo (un « selfie », forcément), et enfin de partager sa photo sur les réseaux sociaux. Un bon moyen de célébrer simplement notre planète tous ensemble !

1655689_10152279211023076_1613582924_o

tags: , , , , , , , , , , , , ,

Laval Virtual : nouveau berceau high-tech

par Arnaud Robin

Laval. Ville de 68 000 habitants. Pour ceux qui étaient au fond de la classe pendant les cours de géographie, Laval se situe dans le département de la Mayenne entre Rennes et le Mans et est principalement connue pour ses deux châteaux, l’un médiéval et l’autre datant de la Renaissance. C’est aussi la ville de naissance d’Alfred Jarry, créateur du Père Ubu.

Mais je m’égare puisqu’aujourd’hui ce qui nous importe, c’est Laval Virtual, le salon international des technologies et des usages du virtuel. Un peu le SXSW à la française.

laval-virtual-logo

Le salon regroupe plus d’une centaine de professionnels de la réalité virtuelle. On y retrouve des poids lourds de l’industrie tels que Dassault Systèmes ou Immersion mais aussi des startups et des écoles d’ingénieurs. Un melting pot détonnant qui expose au grand jour le meilleur des technologies émergentes. Retour sur une journée sur le salon en compagnie de Stéphane, Senior Creative Technologist chez We Are Social Paris.

Premier constat quelques mètres après être entré sur le salon (et pas des moindres) : des Oculus Rift, des Oculus Rift partout !

Il est clair que les casques de réalité virtuelle ont le vent en poupe, et pas seulement depuis que Facebook a racheté Oculus VR. Nous en avons vu de toutes les tailles, de toute les formes et pour tous les usages : certains sont conçus uniquement pour un usage professionnel (comme ceux de Light & Shadows) et servent à visiter véritablement un cockpit d’avion ou voir des pièces composantes de trains avant leur fabrication.

Les autres se destinent un usage personnel et risquent bien de débarquer plus tôt que prévu dans nos foyers : il suffit d’une structure de casque (pourquoi pas imprimée en 3D comme l’a fait VRelia pour son prototype ?), de lentilles pour protéger les yeux et adapter la vision de l’utilisateur, et d’un smartphone équipé de l’application adéquate pour être plongé dans le monde de la réalité virtuelle tout en restant chez soi. On imagine clairement des expériences sociales participatives diffusées à grande échelle par ce biais. L’avenir de ces appareils s’annonce très excitant !

vrelia-casque-realite-virtuelle

L’autre appareil que nous avons eu l’occasion de croiser à maintes reprises dans les allées du salon : la Kinect. Pour rappel, il s’agit de la caméra vendue en tant qu’accessoire de la Xbox, la fameuse console de jeu vidéo. Elle est souvent utilisée dans des dispositifs assez larges : couplée à des projecteurs 4K et des lunettes 3D dites “actives”, elle permet de créer un jeu interactif et non moins immersif. Nous l’avons testé en solo mais une expérience connectée et multi-joueurs est plus que jamais envisageable. À quelques pas de là, Alike, fervents défenseurs de cette technologie, a créé un système changeant l’angle d’une photo affichée sur n’importe quel type d’écran en fonction de la position de la personne qui la regarde.

L’innovation réside dans la nouvelle version de Kinect (pour Xbox One), utilisée en exclusivité par Synergiz pour le compte de RedBull. Le dispositif consiste à se dépenser lors de plusieurs exercices qui s’affichent sur un écran lui-même apposé à un distributeur de boissons qui vous récompense suite à l’effort fourni. Le tracking est plus précis que jamais : en plus des mouvements, il est possible de scanner les expressions du visage et le rythme cardiaque du joueur. Ce ne sont plus les émotions qui découlent des contenus mais les contenus qui s’adaptent aux émotions.

redbull-synergiz-distributeur-kinect

Pour nous, une des grandes surprises du salon reste la découverte du robot Beam créé par Awabot. Un robot contrôlable à distance via une simple interface web. Il est équipé d’un écran et de plusieurs caméras qui rendent la navigation aisée. Plusieurs de ces robots se déplaçaient à Laval Virtual, contrôlés par des utilisateurs du monde entier. Si cette innovation nous a particulièrement plu, c’est parce qu’elle est sociale par essence : une participation à un événement ne se limite plus au fait d’être physiquement présent. Ainsi, utiliser un robot comme celui-ci facilite les rencontres « In Real Life » même si des milliers de kilomètres vous séparent d’une autre personne.

beam-awabot-laval-virtual

En vrac, nous avons également vu : un tapis roulant 360° qui, couplé avec l’Oculus Rift, retranscrit fidèlement les déplacements dans un espace virtuel, une démonstration d’Augment, une application made in France de réalité augmentée, des scanners 3D pour « virtualiser » tout ce qui vous passe par la tête, un lévitateur magnétique qui fait flotter de petits objets dans les airs, des lunettes concurrentes des Google Glass et un capteur de mouvements ayant pour rôle de rééduquer de façon ludique des patients opérés des hanches. Bien sûr, il y avait aussi quelques imprimantes 3D au salon. À ce sujet, nous vous conseillons nos articles sur le 3D Print Show.

Dans le domaine de la réalité virtuelle, c’est l’industrie qui pose les codes de ce que seront les usages du grand public. Toutes les technologies émergentes présentées ici, dont nous rêvions il y a quelques années et qui sont aujourd’hui bien réelles, mettent en éveille notre créativité. Nous nous imaginons déjà les exploiter à fond et intelligemment, les mixer entre elles ou encore les détourner de leur utilisation initiale afin de renforcer le lien social entre les marques et leurs fans.

#weare4 : ibeacons et conversations

par Stéphane Maguet dans News

A l’occasion des 4 ans de We Are Social France (#weare4), nous avions envie de proposer une expérience à nos invités. C’était l’occasion de tester avec la startup partenaire Bealder, une application utilisant la Technologie Ibeacon.

Après un premier test technique concluant, nous avons décidé de déployer un dispositif un peu plus grand au niveau de l’agence afin de proposer à nos invités de découvrir cette technologie et ses usages, de mettre en œuvre techniquement un prototype grandeur nature et d’engager par la gamification une conversation liée aux 4 ans de l’agence.

#Weare4 an ibeacon application by bealder & We Are Social Fr

#Weare4 an ibeacon application by Bealder & We Are Social

Une fois l’application téléchargée avant la soirée par les invités, ceux ci étaient guidés et devaient parcourir l’agence le plus rapidement possible pour augmenter leur ranking social. Enfin ils pouvaient tweeter les anecdotes et les badges en les commentants.

La technologie Ibeacon sortie avec IOS 7, permet de faire dialoguer son smartphone via une application dédiée avec de petites briques – protocole Bluetooth BLE – disposées dans un espace physique. Bien sur ibeacon fonctionne aussi sous Android, il coûte peu cher par rapport à d’autres technologies de géolocalisation.

Beacon & Photo by estimote

Lorsque votre smartphone repère une borne, en fonction du message encodé celle ci se signale sous forme de push : information contextuelle sur une oeuvre, un monument, un magasin, un produit, un horaire de bus, un paiement, etc. C’est une manière d’aborder l’internet des lieux et des objets. On entrevoit déjà les possibilités infinies en termes d’usages et de services pour faire dialoguer digital et IRL.

Et la technologie Ibeacon a d’autant plus d’avenir qu’on imagine déjà, au delà du smartphone, tout l’attirail du wearable computing – bracelet, montre, vêtements – réagir à son environnement direct. Vous rentrez dans la magasin Nike le plus proche et c’est votre fuel Band qui commence à dialoguer avec ces fameux Beacon.

Beacon & Photo by estimote

Beacon & Photo by estimote

La géolocalisation est depuis l’invention de google maps un enjeu majeur du marketing digital. Géolocalisation, Géolocalisation indoors, micro géolocalisation. L’intérêt de ce genre de dispositif est double : d’une part le retail intelligence permet d’observer les comportements des publics et des consommateurs pour savoir si tel service ou produit est bien placé, si le parcours est optimal, etc. D’autre part il permet de proposer des contenus contextualisés, hyper-segmentés et hyper local.

Au delà du fait que les réseaux sociaux soient d’excellents canaux de recommandation, on s’aperçoit qu’ils ont d’autant plus d’impact lorsqu’ils hybrident digital et lieux physiques. La conversation à un fort potentiel dans le retail : en tant que message, en tant que service, en tant que prescription, etc.

Pas mal de marques s’y essaient surtout aux Etats Unis et les applications touristiques et muséales (Antwerp Museum) commencent à voir le jour.

Ibeacon fut un des hot topics du  festival SXSW 2014 à Austin. L’application du festival avait intégré un dispositif qui couvrait une bonne partie des endroits stratégiques. On pouvait par exemple engager une conversation avec d’autres visiteurs à l’approche du stand LEGO ou encore se voir présenter son billet sur son smartphone à l’approche du registration center.

SXSW 2014 app

SXSW 2014 app

De plus de nombreuses conférences assez importantes y étaient consacrées, entre autres Context is king ibeacons & the internet of places, Next Generation Retail Stores. A les écouter on se dit qu’Ibeacon pourrait bien articuler retail et conversation.

tags: , ,